Du lapin à toutes les sauces !

Octobre 2001 – Attachez bien vos toques, amateurs de lapin, de réputés maîtres queux s’agitent à leurs fourneaux et réinventent pour vous les joies gourmandes des ragoûts, sautés, et autres mijotés de lapin qui font les vrais festins.

Les Producteurs de lapins du Québec se sont en effet associés trois grands chefs québécois afin de développer de belles recettes toutes simples et rapides d’apprêt qui sont mises à la disposition du public, dans l’ensemble des grandes chaînes d’alimentation et dans plusieurs boucheries spécialisées.

Une première série de recettes vous permettra de vous régaler, dès cet automne, du Sauté de lapin aux poireaux et abricots, cuisiné par Sœur Angèle, du Mijoté de lapin à la courge et à l’estragon, concocté par Philippe Mollé, et du Lapin braisé aux carottes, façon Osso Buco, mitonné par Thierry Daraize.

Premiers collaborateurs émérites à répondre à l’appel des Producteurs de lapins du Québec, ces trois maîtres es casseroles sont fort connus du public consommateur :

  • Soeur Angèle, dont la biographie Les trois vies de Sœur Angèle vient de paraître aux Éditions Québec Amérique, a fait sa marque depuis plus de 30 ans comme chef et chroniqueuse culinaire. Elle est également une collaboratrice fort active, depuis deux ans, de la Semaine des saveurs du volet « Les Arts de la table », dans le cadre du Festival Montréal en Lumière.

  • Philippe Mollé, chef et chroniqueur gastronomique, tous les samedis, au journal Le Devoir et à l’émission Samedi et rien d’autre de la Première Chaîne de Radio-Canada, vient tout juste de publier au printemps 2001, Du goût et rien d’autre, aux Éditions Flammarion.

  • Thierry Daraize, chef et animateur, tous les samedis matin, à l’émission Plaisirs gourmands à CKAC, et chroniqueur à la toute nouvelle émission quotidienne, TQS a.m. animée par Jean-Pierre Coallier, a lancé, en début d’été, un livre qui fait la joie des adeptes des grillades, Sur le gril, aux Éditions du Trécarré.

    Notons que la consommation de lapin per capita est estimée, au Québec, à 75 grammes par année. C’est fort peu, comparativement à 200 g à l’échelle mondiale et 3 kg en France ! Longtemps chasse gardée des Montréalais d’immigration qui en font un plat de choix lors de fêtes traditionnelles, les 300 000 lapins élevés annuellement trouvent désormais preneur auprès des Québécois dits de souche qui y voient un produit nouveau. Toutefois, ceux-ci mangent davantage la viande de lapin au restaurant parce qu’ils ignorent à peu près tout des modes de préparation de cette viande blanche pourtant si facile à apprêter.

    Il était donc nécessaire, via cette nouvelle série de recettes de grands chefs, de compléter le travail déjà amorcé par la publication du livret de recettes Le lapin gourmet… soixante-neuf recettes pour se faire plaisir! et le développement de plus en plus poussé de découpes prêtes à cuire, nature ou farcies, désormais disponibles dans certains marchés d’alimentation.

    Rappelons qu’outre sa délicatesse et son bon goût, le lapin offre une viande blanche peu grasse comparativement aux autres. Pour 100 g de viande cuite, le lapin contient en effet 6 g de lipides, 64 mg de cholestérol, 23 g de protéines, et seulement 37 mg de sodium, pour un total de 154 calories. Il est riche en vitamines du complexe B, en calcium et en potassium.

    Pour se procurer Le lapin gourmet… soixante-neuf recettes pour se faire plaisir!, délicieux livret consacré aux gourmandises lapinesques, il suffit de faire parvenir un chèque ou mandat de poste de 10,00 $ (tous frais inclus), à l’ordre du Syndicat des Producteurs de lapins du Québec, 555 Boulevard Roland-Therrien, Longueuil (Québec) J4H 3Y9.




    Commentaires