Un nouveau programme identifie clairement les hybrides de maïs non approuvés par l’UE

Ottawa (Ontario), 22 décembre 2003 – Une initiative de toute l’industrie a été mise sur pied pour aider les producteurs et les manutentionnaires de grains à identifier clairement les hybrides de maïs non approuvés par l’UE.

L’initiative, introduite sous la bannière « Options de marches »MC, utilisera un symbole distinctif et identifiable pour les hybrides de maïs possédant des gènes pas encore approuvés pour l’exportation vers l’ Union Européenne. Les grains provenant de ces hybrides peuvent être utilisés à la ferme ou livrés seulement aux infrastructures acceptant de les recevoir et les séparer.

Le programme « Options de marchés » sera introduit à l’industrie agricole canadienne au début de 2004. Le symbole « Options de marchés » portant le nom du programme avec une feuille d’érable rouge au-dessus d’un champ stylisé en rouge et bleu, est conçu pour rappeler aux producteurs de commercialiser le grain provenant de ces produits par l’intermédiaire d’un marché approprié. Le symbole peut être utilisé seulement par les compagnies de semences de maïs selon une autorisation provenant de l’Association Américaine du Commerce des Semences et devrait apparaître graduellement sur les étiquettes des sacs de semences, les catalogues de produits, les pancartes de champ et tout autre matériel promotionnel.

« Ce programme introduit une uniformité des plus nécessaire dans l’industrie, » mentionne Bill Leask, vice-président exécutif de l’Association Canadienne du Commerce des Semences. « Les producteurs verront une désignation constante sur les produits pas encore approuvés par l’UE et seront capables de les distinguer de ceux équivalents qui le sont. » Le programme fonctionne avec succès aux États-Unis depuis quelques années, montrant des marques d’approbation de l’industrie là-bas. M. Leask espère que les producteurs canadiens verront également la sagesse et les avantages d’identifier les produits afin d’aider à obtenir le cheminement approprié du grain.

Mat Menich, président de l’Association des Producteurs de Maïs de l’Ontario, déclare qu’il est important que les producteurs connaissent ce qu?ils cultivent et comprennent leurs options de marketing pour les hybrides de maïs non approuvés par l’UE. Il croit que le programme « Options de marchés » sera une étape cruciale dans le développement de cette compréhension.

« Nous acheminons avec succès des hybrides de maïs non approuvés par l’UE depuis un certain temps et nous voyons ce programme comme une preuve manifeste de la capacité de l’Ontario à fournir du maïs possédant les caractéristiques préférées de nos utilisateurs industriels, » ajoute M. Menich.

Les gènes disponibles dans les hybrides maïs commercialisés au Canada ont reçu des approbations réglementaires pour l’alimentation humaine et animale et la sécurité environnementale ici et aux États-Unis. L’approbation de certains gènes a été retardée par l’UE. Le grain provenant de ces hybrides doit être commercialisé par les acheteurs qui n’expédieront pas ce grain ou ses produits transformés vers l’UE.

Les hybrides contenant Herculex I, Roundup Ready, YieldGard Chrysomèle des racines et quelques combinaisons de gènes transgéniques YieldGard Pyrale du maïs-Liberty Link doivent être acheminés vers des marchés appropriés. Le cheminement est le processus de commercialisation du grain approuvé vers des marchés appropriés et approuvés. Les producteurs commercialisant du maïs identifié par le symbole « Options de marchés » doivent s’assurer que le grain récolté est acheminé vers des marchés approuvés. Ceci comprend l’alimentation animale à la ferme, la vente de grain à une meunerie domestique ou la livraison vers des infrastructures appropriées de manutention et de conditionnement du grain avec une entente au préalable.

Les producteurs et les manutentionnaires de grains peuvent trouver une liste détaillée des hybrides de maïs canadiens contenant des gènes qui ne sont pas approuvés par l’Union Européenne à l’adresse www.cdnseed.org.

Ayant son siège social dans la capitale nationale, l’ACCS représente les intérêts de plus de 170 compagnies membres engagées dans toutes les facettes de la recherche sur les semences, la production et le marketing, autant au niveau local qu’international.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commentaires