Appel en faveur de régions sans OGM en France

Paris (France), 4 mai 2004 – A l’occasion de la Journée Nationale d’Opposition aux OGM, organisée le 8 mai dans une douzaine de régions françaises (1), les organisateurs invitent les Présidents de Région à prendre position sur la question des OGM. Déjà, de nombreuses régions, en France (2) et dans les autres pays de l’Union européenne, ont adopté des délibérations ou des voeux visant l’interdiction des OGM, sans compter les centaines de communes françaises ayant pris des arrêtés interdisant les OGM sur leur territoire (3).

Face au double langage du gouvernement, qui d’un coté émet des déclarations prudentes à l’endroit des OGM et dans le même temps vote en faveur des dossiers d’autorisation au niveau communautaire (4), il est primordial que les collectivités territoriales se mobilisent et prennent toutes les mesures qui permettront de garantir la préservation d’une agriculture de qualité.

Les conditions pour une levée du moratoire sont loin d’être remplies et celui-ci doit rester en place. En effet, malgré l’entrée en vigueur, le 18 avril dernier, d’une nouvelle réglementation européenne sur l’étiquetage et la traçabilité des OGM, de nombreux problèmes restent posés, concernant en particulier : l’inadéquation du processus d’évaluation scientifique des dossiers d’autorisation des OGM, l’absence de règles garantissant la protection des semences conventionnelles et biologiques de toute contamination génétique, l’utilisation abusive des brevets sur les semences OGM, l’absence d’un régime de responsabilité en cas de pollution génétique, les lacunes de la nouvelle réglementation sur l’étiquetage qui ne concerne pas les produits issus d’animaux nourris aux OGM, la non-application effective du protocole international sur la biosécurité et, enfin, la non-reconnaissance du droit des collectivités territoriales de se déclarer « territoire libre d’OGM ».

La journée du 8 mai sera l’occasion de réaffirmer le refus des OGM par la grande majorité des citoyens, rejet symbolisé par le déploiement de banderoles aériennes. Partout, des stands d’information et des conférences-débats permettront d’aborder les questions que se pose encore la très grande majorité des citoyens sur les OGM. Elle sera également l’occasion de rassemblements festifs avec, selon les régions, buffets, marchés paysans et artisanaux, concerts, spectacles, activités ludiques et instructives, projections de films…

Notes :(1) – Des activités auront lieu à Dax, Mont-de-Marsan et Peyrehorade en Aquitaine, à Beaumont en Auvergne, à Boissy-sous-Saint-Yon dans l’Essonne, à Chabeuil dans la Drôme, à Lyon, à Valence d’Agen en Aquitaine, à Lille, à Vannes, à Varois-et-Chaignot près de Dijon, à Marseille, Avignon, Antibes, Valdivienne, Angers, et à Hénouville en Haute-Normandie.
(2) – Aquitaine, Limousin, Midi-Pyrénées, Centre, Bourgogne, Provence Alpes Côte d’Azur, Poitou-Charentes, Rhône-Alpes.
(3) – « Pas d’OGM dans ma commune » : www.local.attac.org/attac86/Temp/OGM/OGM.htm
(4) – Cela a été le cas le 30 mai sur le dossier du maïs NK 603, qui n’a toutefois pas été approuvé par le Comité de la chaîne alimentaire, faute de majorité qualifiée.

Commentaires