Augmentation des exportations de produits bioalimentaires québécois

Québec (Québec), 8 janvier 2004 – De 1999 à 2002, la demande extérieure pour des produits québécois s’est fortement démarquée par une augmentation de 33 % des recettes d’exportation, qui sont passées de 2,7 milliards à 3,6 milliards de dollars.

C’est ce que nous apprend notamment le Profil sectoriel de l’industrie bioalimentaire au Québec, édition 2003, une publication conjointe du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et de l’Institut de la statistique du Québec.

Le maillon de la transformation est au coeur du succès de cet effort d’internationalisation puisqu’il représente, en moyenne, 84 % de la valeur des exportations bioalimentaires québécoises. Certains produits constituent une part importante de ces échanges commerciaux comme les viandes, qui dominent avec 29 % de la valeur des exportations. D’autres secteurs y contribuent également : les produits de café, de cacao et de thé (10 %), les divers produits alimentaires (8 %), les boissons (8 %), les produits céréaliers (6 %), les produits laitiers (6 %), le miel ainsi que les produits de l’érable et du sucre (5 %).

L’exportation des produits bioalimentaires québécois se caractérise par une forte concentration sur certains marchés. De 1999 à 2002, la destination de ces produits était les États-Unis dans une proportion de 73,5 %. Le reste était partagé entre l’Union européenne (6,4 %), le Japon (6,8 %), le Mexique (1 %) et les autres pays (12,5 %).

Toutefois, une certaine segmentation du marché s’établit. En effet, la concentration des exportations par produit laisse présumer des besoins spécifiques chez nos partenaires commerciaux, puisque les mêmes produits sont acheminés, année après année, vers les mêmes destinations :

  • vers les États-Unis : les viandes de porc et de boeuf, le cacao, le café, le thé, les fruits, les légumes et les produits céréaliers;
  • vers le Japon : la viande de porc, les mollusques et les crustacés;
  • vers l’Union européenne : le soya, les fruits, les légumes et les fromages;
  • vers le marché mexicain et le reste du monde : les viandes de porc et de boeuf de même que les produits laitiers.
  • On peut consulter le Profil sectoriel de l’industrie bioalimentaire au Québec, édition 2003 à l’adresse suivante : www.stat.gouv.qc.ca/publications/economi/prof_bio_pdf.htm

    Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

    Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
    http://www.agr.gouv.qc.ca/

    Commentaires