Autre province, autre fertilisation

En Ontario, les stratégies de fertilisation intègrent de près des notions économiques. Souhaite-t-on maximiser les profits l’année même de l’application, ou rehausser à moyen et long terme la fertilité des champs?

Dans une récente publication, le ministère de l’Agriculture de l’Ontario (MAAARO) présente ces deux méthodes. Il y a la méthode axée sur les concentrations convenables et la méthode axée sur l’ajustement et le maintien de la fertilité du sol.

Méthode axée sur les concentrations convenables (sufficiency)

Cette méthode est la plus économique au cours de l’année d’application. On s’attend à ce que les profits associés aux hausses de rendement compensent le coût de l’engrais pour la saison.

Les calculs pour l’obtention de concentrations convenables sont conçus pour minimiser le coût des engrais par rapport au rendement au cours d’une année donnée. Cette façon de faire exige de fréquentes analyses de sol et un apport annuel d’engrais, à moins que les analyses révèlent des teneurs élevées en éléments nutritifs.

Cette méthode convient plus particulièrement aux décisions à court terme, notamment en ce qui concerne les ententes annuelles de location de terres ou en cas de manque de liquidités. Les risques de surfertilisation sont faibles avec cette méthode. Les recommandations données dans la publication 811F du MAAARO, Guide agronomique des grandes cultures, sont basées sur cette méthode.

Méthode axée sur la modification et le maintien de la fertilité du sol (build-up and maintenance)

Il s’agit d’une méthode qui s’échelonne sur plus longtemps et qui cible des résultats optimaux d’analyse de sol en vue de répondre aux besoins de la culture. La méthode permet avec le temps d’augmenter le niveau de fertilité du sol ou de le diminuer selon le cas, puis de le maintenir.

1. Pour rehausser la fertilité d’un sol dont les résultats d’analyse sont peu élevés aux valeurs cibles, on doit calculer les doses de la manière suivante :

  • établir la quantité d’éléments nutritifs prélevés par la culture, évaluée en fonction du rendement estimé;
  • établir la quantité additionnelle d’engrais requise pour accroître avec le temps la fertilité du sol jusqu’à la valeur cible.

2. Lorsque la fertilité du sol atteint la valeur cible, maintenir ce niveau de fertilité en appliquant les quantités prélevées par la culture.

3. Au-dessus de la valeur cible, aucun engrais n’est épandu, ce qui permet de diminuer la fertilité du sol jusqu’à la valeur cible.

Pour des exemples de prélèvements moyens par certaines grandes cultures, voir le tableau 9-14 de la publication 811F, Guide agronomique des grandes cultures.

Lire l’article au complet sur le site du MAAARO

à propos de l'auteur

André Dumont's recent articles

Commentaires