Avez-vous pensé aux semis d’été de plantes fourragères?

Bannière Christian Duchesneau

*Savez-vous qu’habituellement les semis d’été qui suivent la récolte de céréales peuvent être une alternative intéressante aux semis de printemps? Toutefois, ils donnent généralement de meilleurs résultats dans un sol léger que dans un sol lourd.

Il est important de retenir qu’un semis hâtif, fait en juillet, augmente les risques que les plantules subissent des températures élevées et des épisodes de sécheresse pendant leur germination et leur développement. De plus, un semis tardif, fait en septembre, augmente les risques qu’un gel mortel survienne avant que les plantules de légumineuses n’aient le temps de bien s’établir et d’accumuler suffisamment de réserves dans leurs racines pour pouvoir passer l’hiver. La date maximale de semis est définie en fonction de la date de risque de gel pour chacune des régions. La luzerne a besoin d’environ six semaines de croissance après la germination pour résister à l’hiver. Les graminées, quant à elles, à part l’alpiste roseau qui est trop lent, peuvent réussir à s’établir même en septembre.

Il est recommandé pour les semis d’été de bien préparer le sol et de semer dans les deux premiers jours suivant la récolte de céréales afin de bénéficier de l’humidité résiduelle essentielle à la germination. Le contact entre le sol et la semence revêt une importance particulière lorsque l’été est sec. Le tassage peut contribuer à conserver l’humidité. Comme un lit de semence meuble et grumeleux s’assèche rapidement, il peut être plus difficile de préparer un lit de semence à texture fine sur des loams argileux que sur des loams, des loams sableux ou des loams limoneux.

Source: Christian Duchesneau

Source: Christian Duchesneau

Puisque les repousses de céréales sont parfois denses et compétitives, elles peuvent poser de sérieuses difficultés lors des semis d’été. Le blé d’automne est particulièrement problématique parce qu’il résiste jusqu’à la première coupe de l’année suivante. On peut travailler le sol pour réduire les problèmes causés par les repousses de céréales. Il existe aussi des herbicides efficaces contre celles-ci, mais ils risquent de provoquer un stress chez les graminées fourragères du mélange ou de les éliminer.

Les semis directs d’été peuvent aussi être une alternative au travail de sol, mais pour bien réussir, on doit porter une attention particulière aux zones compactées et aux ornières, à la gestion des résidus, à la mise en place des semences et à la lutte contre les mauvaises herbes. Toutefois, il n’est pas recommandé d’employer le semis direct d’été pour réensemencer un champ de luzerne de plus d’un an en raison de l’autotoxicité de la luzerne (le plant de luzerne laisse une toxine qui inhibe la germination, le développement des racines et la croissance des nouvelles plantules), des limaces et des maladies qui peuvent être présentes dans l’ancienne prairie.

Source: Christian Duchesneau

Source: Christian Duchesneau

Les semis d’été peuvent s’avérer avantageux parce que le sol est réchauffé donc la germination se fait plus rapidement. De plus, les mauvaises herbes sont en fin de cycle donc moins concurrentielles pour l’établissement des plantes fourragères. Aussi les sols restent couverts en hiver, ce qui limite les pertes de nitrates et les risques d’érosion, sans compter que la prairie sera productive dès le printemps suivant. Cependant, il faut porter une attention particulière aux repoussses et aux résidus de cultures de céréales, aux sols lourds qui sont plus difficiles à travailler durant l’été, au risque de manque d’eau à l’implantation de même qu’au risque de gel des plantes qui ne sont pas assez bien établies avant l’hiver.

Alors est-ce que ce type de semis serait profitable pour vous?

*Texte rédigé par Christian Duchesneau, agronome, Expert fourragère et gazon pour Synagri, en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires