BASF demande au gouvernement français d’autoriser à nouveau le Régent TS

Paris (France), 19 janvier 2005 – Emmanuel Butstraen, PDG de BASF Agro, a demandé au gouvernement français d’autoriser à nouveau l’insecticide Régent TS, accusé d’avoir provoqué une surmortalité chez les abeilles.

Pour appuyer cette demande M. Butstraen, qui considère que « le principe de précaution a été trop loin », va demander à rencontrer le nouveau ministre de l’Agriculture Dominique Bussereau.

« Le dossier d’instruction du juge de Saint-Gaudens démontre que le Fipronil, la molécule active du Regent TS, n’est en rien responsable de la surmortalité des abeilles en 2004 », a déclaré M. Butstraen lors d’une conférence de presse.

« Pour 2003, le seul fait avéré de surmortalité des abeilles à cause du Fipronil était dû à un mauvais dosage industriel par un semencier », a ajouté le PDG de BASF Agro.

La cour d’appel de Toulouse doit rendre un arrêt le 27 janvier concernant une requête en nullité déposée par BASF Agro et Bayer CropScience France dans la procédure judiciaire consacrée à une surmortalité d’abeilles en Midi-Pyrénées.

De plus, BASF Agro considère que les dernières analyses pratiquées lui permettent « d’envisager de demander dans les prochaines semaines une ordonnance de non-lieu » dans cette affaire.

Bayer CropScience France, propriétaire de cet insecticide de juin 2002 à mars 2003, et BASF Agro, son actuel propriétaire, ont été mis en examen par le juge Jean Guary à Saint-Gaudens (Haute-Garonne) en février 2004, notamment pour « mise en vente de produits agricoles toxiques nuisibles à la santé de l’homme ou de l’animal ».

Le ministre de l’Agriculture Hervé Gaymard avait annoncé au même moment la suspension de l’autorisation de commercialisation des insecticides à base de Fipronil.

La vente du Fipronil représentait 5 à 10 millions d’euros sur les 350 M EUR de chiffre d’affaires annuel pour BASF Agro. Produit pour le monde entier dans une usine d’Elbeuf (Seine-Maritime), employant 320 personnes, le Regent TS est vendu dans une soixantaine de pays.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

BASF
http://www.basf.com/

Commentaires