Bilan du plan d’action du MAPAQ en agroenvironnement

Québec (Québec), 9 mars 2004 – Au Québec, l’année 2002-2003 aura été un temps fort sur le plan de l’agroenvironnement. C’est en tout cas la conclusion que l’on peut tirer à la lecture du bilan de l’an quatre du plan d’action « Un environnement à valoriser », remis récemment au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). Ce bilan présente l’état d’avancement des 40 actions du plan et leurs perspectives pour l’année en cours.

Le plan d’action du groupe de travail est le résultat d’un large consensus portant sur l’accélération du virage agroenvironnemental des fermes québécoises. Adopté lors du Rendez-vous des décideurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire de mars 1999, ce plan prévoit notamment que, d’ici 2005, les quelque 20 000 fermes qui représentent près de 90 % des activités agricoles du Québec adopteront des pratiques plus respectueuses de l’environnement. Les actions proposées touchent l’entreposage et la gestion des fumiers, la gestion des fertilisants, la conservation des sols, la protection des cours d’eau en milieu agricole et l’utilisation des pesticides.

Faits saillants 2002-2003
Selon ce quatrième bilan annuel, 5 910 entreprises agricoles sont membres d’un club-conseil en agroenvironnement, soit 20 % de plus que l’année précédente. Près de 220 spécialistes de l’agroenvironnement ont travaillé au sein de 79 clubs-conseils, lesquels sont présents dans toutes les régions agricoles. Dans les entreprises membres, la lutte intégrée est pratiquée sur 42 % des superficies cultivées ayant fait l’objet d’une intervention phytosanitaire.

Plus de 1 200 structures de stockage de fumier ont été réalisées en 2002-2003 pour des investissements privés et publics totalisant 86,5 millions de dollars. En outre, 17 producteurs et productrices ont implanté 4 technologies de traitement des fumiers à la ferme grâce à l’aide financière du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. D’autre part, 1 116 exploitations font partie d’un des trois organismes de gestion des surplus de fumiers.

Soulignons aussi que quelque 8 500 plans agroenvironnementaux de fertilisation (PAEF) ont été produits ou mis à jour. Plus de 220 propriétaires agricoles se sont inscrits à une formation afin d’exécuter le PAEF de leur entreprise tandis que 400 agronomes ont reçu une formation sur la réalisation d’un bilan de phosphore et d’un PAEF.

Les organisations membres du groupe de travail « Un environnement à valoriser » ont offert plusieurs centaines d’activités d’information, de sensibilisation et de perfectionnement (tournées provinciales, journées agricoles, démonstrations à la ferme, conférences, colloques, stands d’information, communications écrites, dépliants, visites industrielles, etc.) pour améliorer les pratiques de gestion environnementales des exploitations agricoles.

De plus, le ministère de l’Environnement (MENV) a effectué 2 450 visites de fermes pour remettre de la documentation aux producteurs et productrices, les sensibiliser à la réglementation et recueillir des données permettant de dresser le portrait environnemental du lieu. Le Plan de contrôle environnemental du MENV prévoit la visite de l’ensemble des lieux d’élevage et d’épandage du Québec sur trois ans.

L’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) a, quant à lui, réalisé 123 projets de recherche et 300 activités de transfert technologique.

Le groupe de travail « Un environnement à valoriser », présidé par Me Jules Brière, est composé de représentants de l’Union québécoise pour la conservation de la nature (UQCN), de l’Union des producteurs agricoles (UPA), de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), de l’Ordre des agronomes du Québec (OAQ), du ministère de l’Environnement (MENV), du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), du ministère des Affaires municipales, du Sport et du Loisir (MAMSL), de l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA), de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), de la Coopérative fédérée de Québec (CFQ) et de l’Association québécoise des industries de nutrition animale et céréalière (AQINAC). On peut se procurer le bilan de l’an quatre de ce groupe de travail sur le site Internet du MAPAQ.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA)
http://www.irda.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Ministère de l’Environnement du Québec
http://www.menv.gouv.qc.ca

Commentaires