Blé de consommation humaine : oui à l’agence de vente

Longueuil (Québec), 23 janvier 2004 – En assemblée le jeudi 22 janvier 2004 à Drummondville, les producteurs de blé de consommation humaine ont appuyé le projet d’agence de vente dans cetteproduction conformément au Règlement sur la mise en vente en commun du blé destiné à la consommation humaine. Parmi les 522 producteurs visés par le règlement et convoqués par laFédération des producteurs de cultures commerciales du Québec (FPCCQ), 112 ont participé àl’assemblée et ont voté sur le projet. De ce nombre, 58 ont signifié leur appui au projet, 53 s’ysont opposés et une abstention a été enregistrée. Près d’une cinquantaine de producteurs n’ayantpas droit de vote à cette assemblée y ont participé en tant qu’observateurs.Pour M. Denis Couture, président de la FPCCQ, « le résultat du vote des producteurs de blé deconsommation humaine répond au questionnement de la Régie des marchés agricoles etalimentaires du Québec (RMAAQ), à savoir si ceux-ci appuient de façon majoritaire le projetd’agence de vente. La Fédération se fait maintenant un devoir, en attendant la décision de laRMAAQ dans les semaines qui viennent, d’informer les producteurs qui ressentent encore descraintes face au projet. »

À ce titre, la FPCCQ tient à rappeler que le regroupement et l’uniformisation des lots de blé deconsommation humaine répondent à des besoins exprimés depuis longtemps par plusieursintervenants de ce secteur et que certains d’entre eux ont signifié leur accord au projet d’agencede vente. Les membres de la Table filière du secteur des grains avaient d’ailleurs reconnu, aumilieu des années 1990, cette nécessité afin de mieux répondre au besoin des utilisateurs finaux,soit les minoteries. Du côté de l’Association des négociants en céréales du Québec (ANCQ), ellea affirmé qu’elle respecterait la décision des producteurs. Pour sa part, la Coopérative Fédérée deQuébec est allée plus loin en exprimant son appui au projet sous réserve de certaines conditionsqui ont depuis été satisfaites. Ses représentants ont d’ailleurs répété cet appui à l’assemblé du 22janvier comme il l’avait fait aux audiences de la RMAAQ du 9 avril 2003.

« Dans le contexte actuel, il importe de mettre en perspective le résultat du vote de jeudi, depréciser M. Couture. Les producteurs de blé, comme tous les producteurs de grandes cultures,vivent une période éprouvante. Nous vivons de l’inquiétude à l’égard des enjeux comme lasécurité du revenu, la fiscalité municipale et l’état du marché des grains. Dans un telenvironnement, il faut s’attendre à une crainte du changement. »

C’est en effet un changement très considérable puisque les producteurs de cultures commercialesn’ont pratiquement pas utilisé les pouvoirs qui leur sont dévolus par le plan conjoint au regard dela mise en marché collective. Il faut aussi signaler l’effet de certaines informations incomplètes,ou carrément inexactes, transmises par divers intervenants aux producteurs dans les dernièressemaines. Ces informations ont créé beaucoup de confusion sur le type de grain visé alors que ceprojet concerne uniquement le blé de consommation humaine et aucune autre espèce. « Malgréces efforts de certains pour semer la confusion, les producteurs ont décidé d’aller de l’avant avecce projet solide que l’on a mis quatre ans à construire, ajoute M. Couture. Aujourd’hui, j’invitepersonnellement tous les producteurs visés à nous faire part de leurs questionnements. Tout seramis en oeuvre, avant et pendant l’entrée en vigueur de l’agence, pour les informeradéquatement. »

Finalement, la Fédération invite tous les producteurs de blé de consommation humaine à êtreattentif à l’information qu’elle diffusera dans les semaines qui viennent. En effet, advenant unedécision favorable de la RMAAQ, le projet se mettra en marche pour la récolte 2004. Lesproducteurs peuvent contacter la Fédération ou l’un de ses syndicats affiliés pour obtenir plus dedétail sur le projet de l’agence de vente de blé pour la consommation humaine.La FPCCQ regroupe onze syndicats affiliés répartis dans toutes les régions du Québec. Ellecompte près de 11 000 membres qui cultivent et commercialisent plus de 900 000 hectares,principalement d’avoine, de blé, de canola, de maïs, d’orge et de soya. La FPCCQ est unefédération affiliée à l’Union des producteurs agricoles.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de cultures commerciales du Québec
http://www.fpccq.qc.ca/

Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ)
http://www.rmaaq.gouv.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires