Blé : doit-on considérer des espacements plus large?

Afin de réduire le parc de machinerie et de permettre le semis du soya dans les mêmes champs que le blé, et ce, avant la récolte de blé, le semis en rangs de 15 po (37,5 cm) est envisagé par plusieurs producteurs aux États-Unis. Une équipe de chercheurs des États de l’Ohio et du Michigan a évalué les facteurs de succès pour cette technique pendant trois ans, soit de 2013 à 2015 sur le blé d’automne.

Le cultivar

Le choix du cultivar influence grandement le rendement aux 15 po. Chaque année, les chercheurs ont soumis les 25 meilleurs cultivars en régie conventionnelle aux essais en rangs plus larges. Les rendements moyens obtenus en 2015 se situent à 5090 kg/ha (81,2 bo/acre), variant de 4515 à 5340 kg/ha (72,0 à 85,1 bo/acre).

La dose de semis

La dose utilisée dans les essais de cultivars est de 2,1 millions de grains par hectare (871 000 gr/acre). Toutefois, les producteurs étaient curieux de comparer une dose de semis de 2,5 M gr/ha et de 3,7 M gr/ha (1 et 1,5 M gr/acre) se rapprochant de celle utilisée avec des espacements étroits de 7,5 po qui est en moyenne 5,0 M gr/ha (2,0 M gr/acre). Les résultats indiquent que la dose de semis de 2,5 M gr/ha (1,0 M gr/acre) est la plus appropriée pour atteindre le meilleur rendement en rangs espacés. Les rendements obtenus avec les espacements de 7,5 po étaient 15 % supérieurs à ceux aux 15 po.

Date de semis

Le plus tôt possible à l’automne. Aussitôt que le risque d’infestation de la mouche de Hesse est passé. Un semis trop tardif compromet la survie à l’hiver, selon les spécialistes.

Contrôle des mauvaises herbes

Un travail de sol ou un brûlage chimique assure un environnement exempt de mauvaises herbes au moment du semis. Après l’émergence de la culture, les rangs espacés offrent plus de lumière aux mauvaises herbes potentielles. Une application d’herbicide peut donc être nécessaire. Un bon dépistage déterminera la pertinence de cette intervention.

Gestion des maladies

L’incidence des maladies foliaires et de la fusariose de l’épi a aussi été évaluée dans le cadre du projet de recherche. L’incidence et la sévérité de la fusariose ont été plus élevées dans les rangs à 15 po deux années sur trois qu’a duré l’étude. L’incidence reflète le nombre d’épis infectés tandis que la sévérité indique le degré sur chaque épi.

Fertilisation azotée

Différentes doses d’azote ont aussi été évaluées pour tenter de compenser la diminution de rendement par rapport aux rangs plus étroits. Les apports plus élevés (jusqu’à 180 kg/ha N) ont augmenté l’incidence des maladies foliaires comme la rouille. Un traitement fongicide s’avère alors essentiel.

Avant d’appliquer cette technique, les producteurs doivent envisager tous les aspects de régie s’y rattachant, conclut l’article.

Source : OSU Newsletter

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires