Budget américain : moins d’argent pour l’agriculture mais plus contre l’ESB

Washington (États-Unis), 2 février 2004 – Le projet de budget américain pour 2005, dévoilé par le président George W. Bush, inclue 60 millions de dollars pour la lutte contre la maladie de la vache folle (encéphalopathie spongiforme bovine, ESB), a révélé la secrétaire à l’Agriculture Ann Veneman.

« Le budget du président pour l’exercice budgétaire 2005 proposera une augmentation des fonds relatifs aux activités liées à l’ESB. La demande du président pour ces activités totalisera 60 millions de dollars soit une augmentation de 47 millions de dollars par rapport à l’année en cours », a indiqué Mme Veneman devant l’association nationale des éleveurs de boeufs à Phoenix (Arizona, sud-ouest), dans un discours rendu public vendredi.

Selon Mme Veneman, ces fonds devraient notamment servir à financer un système national d’identification du cheptel ainsi que des mesures supplémentaires de surveillance de la maladie et pour s’assurer que des matériaux à risque n’entrent pas dans la chaîne alimentaire humaine.

Les Etats-Unis ont découvert le 23 décembre leur premier cas d’ESB, un animal importé du Canada.

Depuis lors, une trentaine de pays ont décrété un embargo sur les importations de viande de boeuf américain, dont les principaux clients comme le Japon et le Mexique.

Les Etats-Unis abattent chaque année 35 millions de têtes de bétail et environ 20.000 tests post-mortem étaient pratiqués, jusqu’à présent, par an.

Mme Veneman a rappelé que les exportations absorbaient environ 10% de la production de boeuf aux Etats-Unis avant l’embargo qui a fait chuter les prix du bétail de 15 à 20% immédiatement après la découverte du cas de vache folle.

La baisse des prix sur le marché s’est ralentie depuis pour n’atteindre plus que 7 à 8% des prix pratiqués avant cette découverte.

Cependant, plus de soixante programmes fédéraux subiront des coupes claires. Les grands perdants seront l’environnement, l’agriculture, l’énergie, les PME et le corps des ingénieurs publics. Le président souhaite plafonner à 0,5% la hausse de toutes les dépenses, ce qui revient en fait à les réduire puisque l’inflation annuelle moyenne attendue ces six prochaines années est de 2,0%.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

United States Department of Agriculture (USDA)
http://www.usda.gov/

Commentaires