Bush abolira les aides à l’agriculture si d’autres riches en font autant

New York (États-Unis), 15 septembre 2005 – Le président américain George W. Bush a, une nouvelle fois, promis d’abolir subventions agricoles et barrières douanières aux Etats-Unis pour aider les pays pauvres, mais à condition que d’autres pays riches en fassent autant, notamment les Européens.

« Je relance aujourd’hui un défi que j’ai déjà lancé. Il nous faut travailler ensemble lors (du cycle de négociations commerciales multilatérales) de Doha pour éliminer les subventions agricoles qui perturbent les relations commerciales et ralentissent le développement », a déclaré le président lors du sommet de l’Onu.

« Aujourd’hui, j’élargis un peu plus ce défi en faisant cette promesse: les Etats-Unis sont prêts à éliminer toutes les barrières douanières, les subventions et autres obstacles pour libérer le flux des biens et services au fur et à mesure que d’autres pays en feront de même », a-t-il souligné.

« La suppression des barrières commerciales pourrait sortir des centaines de millions de personnes de la pauvreté dans les quinze prochaines années », selon le président américain.

Washington et ses 147 pays partenaires au sein de l’Organisation mondiale du Commerce tentent depuis fin 2001 de s’entendre sur des mesures drastiques pour libéraliser davantage les échanges commerciaux dans le monde en espérant ainsi contribuer à la lutte contre la pauvreté qu’ils voudraient voire réduite de moitié d’ici 2015.

Ces négociations appelées cycle de Doha (lancées au Qatar fin 2001) sont actuellement au point mort, achoppant notamment sur les concessions attendues des pays riches en matière de subventions accordées à leurs producteurs agricoles. Selon les pays en développement, ces aides perturbent les échanges au détriment de leurs propres producteurs.

Mais les pays industrialisés ont des difficultés à s’entendre entre eux sur les sacrifices qu’ils seraient prêts à concéder.

Les ministres de l’OMC doivent se retrouver à la mi-décembre à Hong Kong pour tenter de redonner une nouvelle impulsion à ces négociations.

Le Commissaire européen au Commerce, Peter Mandelson, effectuait ces deux derniers jours une visite dans ce sens à Washington où il a eu des entretiens avec son homologue américain Rob Portman et le secrétaire à l’agriculture Mike Johanns.

Devant la presse MM. Portman et Mandelson ont promis d’unir leurs efforts pour mener ce cycle de négociations à un succès. Chacun des deux exigent cependant de l’autre qu’il procède chez lui à des réductions des aides aux agriculteurs.

Le président Bush de son côté a également appelé à mener « ces négociations de Doha jusqu’au succès ».

Sans donner de détails sur le calendrier ou l’ampleur de la suppression promise des aides aux agriculteurs américains, le président a appelé « à abolir les murs qui séparent le monde développé de celui en développement (…) pour que les citoyens des nations les plus pauvres puissent offrir leurs biens et talents sur le marché mondial au même titre que n’importe qui d’autre ».

En attendant un succès du cycle de Doha, les Etats-Unis ont pris récemment une série de mesures de sauvegardes contre le flux des importations de vêtements made in China et s’opposent à leurs partenaires européens devant l’OMC dans une série de litiges, dont celui sur les subventions à leurs constructeurs aéronautiques respectifs Boeing (NYSE: BA – actualité) et Airbus.

Le président Bush n’avait pas non plus hésité à frapper de lourdes taxes douanières les importations d’acier quand il s’agissait d’aider les sidérurgistes américains.

Source : AFP

Commentaires