CAAAQ : Equiterre très satisfait

Montréal (Québec), 12 février 2008 – Equiterre est ravi de constater que le rapport de la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ) accorde une place importante à l’agriculture écologique et propose des mesures concrètes pour en favoriser le dynamisme et l’essor. Equiterre se réjouit de constater que sesprincipales propositions ont été retenues par la Commission, et recommande augouvernement du Québec de les mettre en application sans délais. L’organismeest particulièrement enthousiaste quant à l’importance accordée à lasouveraineté alimentaire, à l’achat local, à l’appui à l’agriculturebiologique et aux circuits courts de mise en marché, tels l’Agriculturesoutenue par la communauté et les marchés publics.

« La Commission a réussi à cerner les enjeux de l’agriculture du Québecmoderne, et propose de d’abord nourrir notre monde, en favorisant uneagriculture écologique, diversifiée et accessible plus directement auxcitoyens-mangeurs », a noté Sidney Ribaux, cofondateur et coordonnateur générald’Equiterre. « C’est un pas important vers une redynamisation de nos régions,un appui aux agriculteurs et à leur relève, tout en respectant davantagel’environnement. Québec doit rapidement mettre en oeuvre ces recommandations »,a-t-il ajouté.

Souveraineté alimentaire
La Commission juge fort important le concept de souveraineté alimentairealors qu’elle reconnaît « la prémisse voulant que la finalité première del’agriculture soit de produire, en appliquant les principes du développementdurable, des aliments de qualité pour la population québécoise ».

Un appui à l’agriculture biologique 100 % Québec
Equiterre se réjouit de constater que le rapport de la Commission accordeune place importante au développement de l’agriculture biologique. En plus defavoriser le bio, la commission préconise le bio local.

Pour un accès direct aux aliments
La Commission valorise les circuits courts de distribution, ce qui permetun lien plus direct entre les producteurs et les citoyens. « Les réseaux commel’ASC permettent véritablement l’émergence d’une agriculture différente, plussolidaire et écologique », affirme M. Ribaux, d’Equiterre, qui développe depuisprès de douze ans le réseau d’Agriculture soutenue par la communautépermettant à plus de 24 000 citoyens à travers le Québec de s’approvisionnerdirectement auprès de plus de 100 fermes biologiques.

Favoriser l’achat local
Equiterre applaudit les recommandations de la Commission en faveur del’achat local tant pour les institutions que pour les citoyens. Effectivement,il est recommandé qu’une politique d’approvisionnement local soit mise enplace pour les institutions publiques. Par ailleurs, on reconnaît l’importancede l’identification de la provenance des aliments en proposant lagénéralisation du label « Aliments du Québec » à l’ensemble des produits duQuébec.

« Ce rapport témoigne d’un virage clair pour notre agriculture. Nousallons suivre de près les suites de ce rapport, qui est d’une importancecruciale pour nos agriculteurs, mais aussi pour nous, mangeurs », a concluSidney Ribaux d’Equiterre.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ)
http://www.caaaq.gouv.qc.ca/

Équiterre
http://www.equiterre.qc.ca/

Commentaires