Célébrons 75 ans d’achat local dans les marchés publics de Montréal

Montréal (Québec), 10 septembre 2007 – Depuis 75 ans qu’on sème est le thème choisi par la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal (CGMPM) pour célébrer 75 ans d’achat local. Plusieurs personnalités étaient réunies pour marquer ce moment historique, à commencer par Mme Liette Lauzon, agricultrice et présidente du conseil d’administration de la CGMPM. De plus, M. Laurent Lessard, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec et député de Frontenac, M. Laurent Pellerin, président de l’Union des producteurs agricoles, et M. André Lavallée, maire de l’arrondissement Rosemont-La Petite Patrie, prenaient part également à l’événement pour témoigner du rôle important que jouent les marchés publics auprès des consommateurs.

« Je suis très fière du thème choisi qui correspond exactement à la relation qui existe depuis toujours entre les clients qui fréquentent les marchés publics de Montréal et nous, producteurs et marchands. Nous apportons la campagne à la ville, en toute amitié et en toute humanité. Nous semons, nous nourrissons notre monde en plus de les aimer! Quoi de mieux! », de s’exclamer Mme Lauzon. Que ce soit en 1932 ou en 2007, les marchés publics de Montréal ont eu cette fonction essentielle et vitale d’offrir des aliments plus que frais aux visiteurs. S’approvisionner de denrées fraîches dans un marché public, c’est un geste que des millions de visiteurs ont fait au fil des ans et les producteurs ainsi que les marchands les remercient pour tant de fidélité.

Les marchés publics, soit Atwater, Jean-Talon, Maisonneuve ou Lachine, sont au coeur d’une préoccupation qui s’est généralisée au sein de la population depuis des mois : l’achat local. S’assurer de la provenance d’un aliment, c’est une chose. Poser le geste conscient et social d’encourager les producteurs d’ici, quels qu’ils soient, c’est encore mieux. En favorisant l’achat local, c’est le développement régional que les gens de la ville soutiennent. « Ajouter simplement deux produits alimentaires québécois au panier d’épicerie hebdomadaire représente un geste porteur qui permet à la fois de maintenir de nombreux emplois dans nos régions et de manifester notre appréciation à l’égard du savoir-faire des producteurs et des transformateurs de chez nous », a précisé le ministre Laurent Lessard.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Marchés publics de Montréal
http://www.marchespublics-mtl.com/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires