Conclusion de l’examen technique du programme AQC sur la salubrité des aliments

Ottawa (Ontario), 21 juillet 2004 – À sa dernière assemblée générale annuelle les 8 et 9 juillet, à Abbotsford en C.-B., le Conseil canadien du porc (CCP) a reçu, pour son programme AQC, la Lettre de conclusion de l’examen technique dansle cadre du programme de reconnaissance de la salubrité des aliments à la ferme de l’Agence canadienned’inspection des aliments (ACIA).

Selon le président du CCP nouvellement élu, M. Clare Schlegel, la conclusion de cet examen technique représenteune étape déterminante pour l’industrie porcine canadienne. « Cette lettre, explique-t-il, démontre que le contenu duprogramme AQC est rigoureux et on y reconnaît les efforts fournis par l’industrie. »

M. Schlegel fait également l’éloge des gouvernements du Canada et des provinces pour leur initiative dans cedossier. « La démarche, souligne-t-il, a rassemblé des spécialistes du fédéral, des provinces et des territoires qui ontexaminé en profondeur le contenu de notre programme. Il s’agit là d’un travail fort louable. »

Le programme AQC a été lancé en 1998, après plusieurs années de travail de l’équipe technique chargée de saconception. L’objectif du programme est d’aider les producteurs à faire la preuve, grâce à un programmedocumenté, qu’ils ont recours à des pratiques de salubrité alimentaire dans leurs exploitations. Le programmeAQC est fondé sur les principes du modèle HACCP (acronyme anglais pour le système d’Analyse des dangers etde maîtrise des points de contrôle critiques), une approche reconnue à l’échelle internationale dans le domaine de lasalubrité des aliments.

On compte actuellement plus de 10 000 fermes qui participent au programme AQC. Parmi ces dernières, 6 650sont entièrement accréditées. Plus de 70 % des porcs mis en marché au Canada proviennent de fermes accréditées.

La présidente du comité consultatif et de l’équipe technique rattachés au programme AQC, Mme Liz Samis,estime que la confirmation de la validité du programme au plan technique lui confère une crédibilité additionnelleaux yeux des consommateurs de porcs qui recherchent une viande saine. « Notre gouvernement, ajoute-t-elle, a uneexcellente réputation en matière de salubrité alimentaire, au Canada comme à l’étranger. Nos clients d’ici etd’ailleurs achètent nos produits en sachant qu’ils proviennent de producteurs qui se préoccupent réellement de lasalubrité et de la qualité des aliments qu’ils produisent. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Conseil canadien du porc (CCP)
http://www.canpork.ca/

Commentaires