Crise du bois d’oeuvre : le gouvernement du Québec continue d’agir énergiquement

Québec (Québec), 28 juin 2002 – « Depuis le début des négociations avec le
gouvernement américain, il y a plus d’un an, le gouvernement du Québec agit
énergiquement dans le dossier du bois d’oeuvre, de concert avec l’industrie
forestière et les communautés locales et régionales. Dans la mesure de ses
compétences et de ses moyens, il a régulièrement proposé des solutions et des

mesures permettant de répondre aux impacts suscités par la crise ». C’est en
ces termes que le ministre des Ressources naturelles du Québec, monsieur
François Gendron, a réagi aux derniers développements dans le dossier du bois
d’oeuvre.

« Alors qu’il entrevoyait une conjoncture difficile, le gouvernement a
choisi d’augmenter de façon importante le soutien global offert à l’industrie
québécoise », a rappelé le ministre Gendron. « En plus d’intensifier son appui
aux projets de deuxième et troisième transformation, le ministère des
Ressources naturelles a déjà fait savoir qu’il investira quelques
227,6 millions de dollars dans les programmes forestiers, en 2002-2003. C’est
27,7 millions de dollars de plus que l’année précédente, pour la création
d’emplois, la mise en valeur des ressources du milieu forestier et surtout,
pour les travaux sylvicoles. »

De plus, a souligné le ministre, c’est avec une liste réaliste et
spécifique de mesures établies en concertation avec le milieu que le premier
ministre du Québec, monsieur Bernard Landry, s’est présenté, la semaine
dernière, à sa rencontre avec le premier ministre fédéral, monsieur Jean
Chrétien. Monsieur Landry a d’ailleurs indiqué à cette occasion que le Québec
est disposé à collaborer avec le gouvernement fédéral pour assurer
l’implantation efficace de ce soutien à court terme de quelque 136 millions de
dollars aux entreprises et travailleurs québécois concernés. Toujours lors de
cette rencontre, le premier ministre Landry a évoqué des mesures destinées à
appuyer à moyen terme les communautés et entreprises québécoises visées.

« Je suis d’ailleurs heureux que le chef de l’opposition officielle,
M. Jean Charest, se rallie enfin au consensus établi lors de la rencontre du

8 mai entre le gouvernement et les représentants de l’industrie, des
travailleurs et des communautés locales et régionales, puisque la grande
majorité des mesures dont il a fait état hier rejoignent ce que nous avons mis
de l’avant en consultation avec ces partenaires », a ajouté le ministre des
Ressources naturelles.

« Entre temps, les annonces de fermetures et de pertes d’emplois des
dernières semaines démontrent clairement les impacts déjà nuisibles de la
décision américaine. D’autres fermetures et pertes d’emplois risquent de
survenir à court terme. La responsabilité de répondre directement à une crise
en matière de commerce international demeure entre les mains du gouvernement
fédéral et nous espérons, en ce sens, qu’il agira rapidement, comme le premier
ministre Chrétien l’a laissé entendre au premier ministre Landry la semaine
dernière », a conclu monsieur Gendron.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère des Ressources Naturelles du Québec

http://www.mrn.gouv.qc.ca/

Commentaires