Croissance spectaculaire du secteur horticole québécois

Montréal (Québec), 15 août 2002 – L’Association des jardiniers maraîchers du Québec (AJMQ) annonce avec plaisir le succès des récoltes maraîchères estivales de 2002.

Malgré le froid et les inondations importantes au mois de juin au sud-ouest de Montréal, source d’environ 50 % de la production agricole québécoise (150 producteurs), nos fruits et nos légumes frais sont au rendez-vous en quantité et en qualité grâce aux conditions climatiques favorables de juillet et aux efforts soutenus des producteurs.

Toutefois, compte tenu du printemps plutôt exécrable, la majeure partie des cultures, comme les fraises et le maïs, ont connu ou connaissent un certain retard par rapport au calendrier normal de récoltes (jusqu’à trois semaines). Ces retards signifient pour certains des pertes de revenus considérables. Aussi, l’AJMQ continue-t-elle de faire pression auprès du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) en vue d’obtenir une aide financière d’urgence pour les producteurs durement touchés. À ce jour, le dossier piétine et certains cultivateurs se retrouvent dans une situation financière très précaire.

Croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, grâce à l’esprit d’initiative et d’entrepreneurship des producteurs maraîchers du Québec, le secteur horticole a connu une croissance inégalée dans le domaine de l’agriculture, soit environ 20 % par année. En effet, le Québec produit deux fois plus de fruits et légumes frais que n’en consomme sa population.

Leurs efforts constants ont ainsi fait du Québec une des régions les plus dynamiques de l’Amérique du Nord pour ce qui est de la qualité de ses produits. En outre, son savoir-faire agricole jouit d’une réputation enviable dans le monde entier.

Quoique troisième au Québec sur le plan des recettes monétaires, le secteur maraîcher n’obtient pas, comme les grandes productions laitières et porcines, la juste reconnaissance de son apport à l’économie québécoise. Voici d’ailleurs quelques statistiques qui témoignent de l’incidence économique de nos cultures maraîchères :

  • chiffre d’affaires annuel, légumes de transformation et produits ornementaux compris : plus de 600 millions de dollars;
  • chiffre d’affaires annuel du marché des fruits et des légumes frais : 390 millions de dollars;
  • 2500 producteurs;
  • plus de 80 produits différents;
  • le plus important employeur de main-d’œuvre agricole au Québec avec 40 000 emplois dans le secteur horticole.

    Essor exceptionnel du marché d’exportation

    L’exemple le plus probant du dynamisme du secteur maraîcher demeure l’essor exceptionnel qu’a connu son marché d’exportation ces dernières années. En effet, grâce à l’initiative des producteurs québécois, appuyés par le MAPAQ, ainsi qu’aux efforts de promotion à l’étranger déployés par l’AJMQ, les exportations ont atteint un sommet sans précédent.

    Voici deux statistiques révélatrices (exportations aux provinces canadiennes exclues) :

  • Les producteurs du Québec exportent plus de 85 millions de dollars annuellement de fruits et de légumes frais.
  • Les exportations québécoises de l’ensemble du secteur horticole ont doublé depuis 1995, portant le total à 250 millions de dollars par année, produits transformés compris.

    La majorité des exportations de produits frais québécois est expédiée dans la région est des États-Unis, qui s’étend du Mississippi à l’océan Atlantique et de la frontière sud du Québec jusqu’en Floride. Les provinces Maritimes et l’Ontario constituent l’autre important marché des producteurs québécois. Ces derniers exportent également jusqu’aux Caraïbes et en Amérique Centrale.

    Aujourd’hui, l’exportation de fruits et de légumes frais est devenue essentielle à la survie d’une grande partie des producteurs maraîchers du Québec, constituant désormais la base économique de ce secteur.

    Commentaires