Deere enregistre des résultats record pour le trimestre et l’exercice

Moline (Éats-Unis), 23 novembre 2004 – Deere & Company a déclaré un bénéfice net mondial de 356,7 M$, ou 1,41 $ par action, pour le quatrième trimestre terminé le 31 octobre, comparativement à 70,6 M$ ou 0,27 $ par action pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour l’ensemble de l’exercice, le bénéfice net s’est chiffré à1,406 G$ ou 5,56 $ par action, comparativement à 643,1 M$ ou 2,64 $ par actionl’an dernier.

Le chiffre d’affaires et les produits nets mondiaux ont grimpé de 32 %pour s’établir à 5,207 G$ au quatrième trimestre, et de 29 % pour atteindre19,986 G$ pour l’exercice. Le chiffre d’affaires net des activités liées àl’équipement a totalisé 4,612 G$ pour le trimestre et 17,673 G$ pourl’exercice, comparativement à 3,375 G$ et à 13,349 G$ pour les périodescorrespondantes de l’exercice précédent.

Le succès de la société cette année est en grande partie attribuable à unmarché plus dynamique ainsi qu’à l’importance accordée par Deere àl’amélioration des affaires, selon le président du conseil et chef de ladirection Robert W. Lane. « Grâce à nos produits et services exceptionnels,nous attirons de nouveaux clients tout en enregistrant des résultatsfinanciers qui, à long terme, seront lucratifs pour les investisseurs. »

Sommaire des activités liées à l’équipement
Les divisions d’équipement de la société ont augmenté leurs chiffresd’affaires à la fois pour le trimestre et l’exercice en raison principalementde la hausse des expéditions. Les ventes d’équipement aux Etats-Unis et auCanada ont bondi de 39 % pour le trimestre et de 33 % pour l’exercice. Al’extérieur des Etats-Unis et du Canada, le chiffre d’affaires a grimpé de25 % pour le trimestre et de 20 % pour l’exercice, en excluant l’effet deconversion des devises, et de 32 % et 30 % respectivement sur une basedéclarée.

Les activités liées à l’équipement ont dégagé un bénéfice d’exploitationde 449 M$ pour le trimestre et de 1,905 G$ pour l’exercice, comparativement à39 M$ et à 708 M$ à l’exercice précédent. L’amélioration du bénéficed’exploitation pour les deux périodes s’explique surtout par l’accroissementdes expéditions et des prix réalisés. Cette progression a été annulée enpartie par les provisions plus élevées pour les primes des employés ainsi quepar la hausse de coûts des matières premières. L’augmentation de la provisionpour les primes des employés découle du solide rendement de la valeur ajoutéepour les actionnaires dans les activités liées à l’exploitation. (Pour ensavoir plus sur la valeur ajoutée pour les actionnaires, voir l’annexesupplémentaire sous la rubrique Autres renseignements financiers.)

Les projets de gestion d’actif de Deere continuent de donner un rendementpositif, particulièrement au vu de la solide progression du chiffred’affaires. Les créances clients et les stocks à la fin de l’exercices’établissaient à 5,206 G$ ou 29 % du chiffre d’affaires de l’exercice,comparativement à 3,985 G$ il y a un an, ce qui correspondait à 30 % duchiffre d’affaires.

Les activités liées aux services financiers ont inscrit un bénéfice netde 88,2 M$ pour le trimestre et de 309,2 M$ pour l’exercice, comparativement à89 M$ et à 329,7 M$ pour les périodes respectives de l’exercice précédent. Lachute du bénéfice net pour l’exercice est imputable en grande partie à unehausse des frais d’administration, à des marges de crédit plus faibles et auxréclamations accrues au titre de frais médicaux.

Au cours de l’exercice, la société a versé des cotisations d’environ1,5 G$ à ses régimes de retraite de base aux Etats-Unis. Le flux de trésoreried’exploitation, déduction faite de l’incidence après impôts de cescotisations, a totalisé environ 1,2 G$ pour 2004.

Perspectives
En raison de la conjoncture et des facteurs décrits ci-dessous, lechiffre d’affaires tiré de l’équipement devrait progresser de 2 % à 7 % pour2005, et le bénéfice net devrait tourner autour de 1,5 G$. Les prévisions pourle chiffre d’affaires du premier trimestre laissent actuellement entrevoir unehausse de 20 % à 25 % par rapport à la période correspondante de l’exerciceprécédent. Les niveaux de production devraient augmenter de 11 % à 13 % pourle trimestre. Le bénéfice net consolidé devrait se situer dans la fourchettede 200 à 225 M$.

En plus de l’incidence soutenue des mesures d’amélioration des affaires,l’accueil positif réservé par les clients aux produits John Deere devraitcontinuer à stimuler le rendement en 2005. « Offrir des produits et servicesinnovants tout en étendant notre marque à une clientèle mondiale élargiedemeure notre priorité », fait remarquer le chef de la direction. « Nous sommesassurés que nos efforts pour établir une entreprise d’envergure et la fairecroître sont sur la bonne voie et produiront de solides résultats en 2005 etpar la suite. »

Rendement par division
Equipement agricole. Le chiffre d’affaires de la division s’est accru de 35 % pour le trimestre et de 31 % pour l’exercice. Cette hausse pour le trimestre et l’exercice découle de l’augmentation des expéditions mettant en évidence une forte demande sur le marché du détail, une amélioration des prix réalisés et l’effet de conversion des devises. Le bénéfice d’exploitation a atteint 267 M$ pour le trimestre et 1,072 G$ pour l’exercice, comparativement à 8 M$ et à 329 M$ l’an dernier. La croissance du bénéfice d’exploitation est principalement attribuable à une progression du chiffre d’affaires à l’échelle mondiale, à la rentabilité découlant de volumes de production plus élevés et à l’amélioration des prix réalisés. Toutefois, ce résultat a été annulé en partie par l’augmentation des provisions pour les primes de rendement et par les hausse des coûts des matières premières.

Equipement commercial et résidentiel. Le chiffre d’affaires a grimpé de 10 % pour le trimestre et de 16 % pour l’exercice. La division a affiché une perte d’exploitation de 12 M$ pour le trimestre et un bénéfice d’exploitation de 246 M$ pour l’exercice comparativement à 10 M$ et à 227 M$ respectivement pour les périodes correspondantes de l’exercice précédent. La hausse de la perte d’exploitation est surtout imputable à l’augmentation des coûts des matières premières et de la provision pour les primes de rendement liées à la rentabilité générale de l’entreprise. Ces facteurs ont été compensés en partie par l’accroissement du chiffre d’affaires. L’amélioration du bénéfice d’exploitation pour l’exercice s’explique surtout par le chiffre d’affaires et les volumes de production plus élevés, résultat qui a été partiellement annulé par l’augmentation des provisions pour les primes de rendement et la hausse des coûts de transport et de matières premières.

Construction et foresterie. Le chiffre d’affaires de la division a bondi de 65 % pour le trimestre et de 54 % pour l’exercice grâce à une activité florissante sur le marché du détail. Le bénéfice d’exploitation a progressé pour atteindre 194 M$ pour le trimestre et 587 M$ pour l’exercice, comparativement à 41 M$ et à 152 M$ l’an dernier. Ces hausses s’expliquent principalement par l’accroissement du chiffre d’affaires, par la rentabilité découlant de volumes de production plus élevés ainsi que par l’amélioration des prix réalisés, résultat annulé en partie par des provisions plus importantes pour les primes de rendement et les coûts accrus des matières premières. Le résultat pour l’exercice englobe un gain avant impôts de 30 M$ sur la vente de l’équipement de location de la société.

Crédit. Les activités de crédit de Deere ont généré un bénéfice de 83,1 M$ pour le trimestre et de 306,2 M$ pour l’exercice, comparativement à 83,1 M$ et à 310,5 M$ respectivement l’an dernier. La diminution de la provision pour les créances irrécouvrables, témoignant de l’excellente qualité du portefeuille, a eu une incidence favorable sur les résultats du trimestre. Cet effet a été annulé en partie par des marges plus faibles ainsi que par l’augmentation des frais d’administration émanant en partie d’une provision plus élevée pour les primes de rendement liées à la rentabilité générale de l’entreprise. Le bénéfice pour l’exercice a régressé à cause surtout des frais d’administration accrus et des marges plus faibles, ce qu’est venu compenser en partie la diminution de la provision pour les créances irrécouvrables.

Soins de santé. Les activités de soins de santé de Deere ont déclaré un bénéfice de 5,2 M$ pour le trimestre et de 3,1 M$ pour l’exercice, comparativement à un bénéfice de 5,9 M$ et de 19,3 M$ pour les périodes correspondantes de l’exercice précédent. La baisse du bénéfice pour l’exercice est imputable surtout à une augmentation des réclamations au titre de frais médicaux et des provisions pour les primes de rendement liées à la rentabilité générale de l’entreprise.

Conjoncture et perspectives de marché pour chaque division
Equipement agricole. A l’échelle mondiale, le chiffre d’affaires de la division de l’équipement agricole de John Deere devrait grimper de 2 % à 5 % pour l’exercice. Malgré la chute des prix des produits de base, les exploitants agricoles des Etats-Unis bénéficient d’une production record de mais et de soya. En outre, les secteurs des animaux d’élevage et de la production laitière sont solides, et les subventions gouvernementales devraient augmenter considérablement en 2005. En conséquence, les rentrées de fonds dans le secteur agricole aux Etats- Unis devraient être à peu près semblables aux résultats record inscrits en 2004. Compte tenu de cette conjoncture, Deere prévoit que les ventes au détail de l’industrie augmenteront de 5 % environ aux Etats-Unis et au Canada comparativement à l’excellent rendement de l’exercice précédent.

Pour ce qui est des autres parties du monde, les ventes au détail de l’industrie devraient, en Europe de l’Ouest, soit stagner ou subir un recul pouvant aller jusqu’à 5 % pour l’exercice. Les exploitants agricoles de la région ont engrangé une bonne récolte cet automne; cependant, leurs revenus devraient être peu touchés par la baisse des prix des céréales, les coûts plus élevés des facteurs de production et la stagnation des subventions gouvernementales. En Amérique du Sud, les ventes de l’industrie devraient régresser de 10 % à 20 % en raison d’une baisse des prix des produits de base, des coûts accrus des facteurs de production et de la dépréciation du dollar américain.

Equipement commercial et résidentiel. Le chiffre d’affaires tiré de l’équipement commercial et résidentiel de John Deere devrait progresser de 2 % à 5 % pour l’exercice, grâce à de nouveaux modèles de tracteurs compacts, une nouvelle gamme de véhicules utilitaires et une augmentation des ventes de faucheuses commerciales.

Construction et foresterie. Les marchés devraient être favorisés durant l’année qui vient par une croissance économique modérée, des taux d’intérêt passablement bas et un bon pourcentage de mises en chantier. Dans ce contexte, les ventes d’équipement de construction et de foresterie devraient connaître un nouvel essor, grâce aux entrepreneurs et sociétés de location qui renouvelleront leur parc de véhicules. En conséquence, la hausse du chiffre d’affaires devrait se situer entre 6 % et 9 % pour l’exercice.

Services financiers. Bien que les activités de crédit de Deere pourraient être avantagés par une nouvelle croissance du portefeuille de prêts, le bénéfice pour 2005 devrait régresser en raison principalement du levier financer accru du portefeuille. La division du crédit devrait dégager un bénéfice d’environ 280 M$ pour l’exercice. Pour ce qui est de ses activités dans le secteur des soins de santé, Deere prévoit enregistrer un bénéfice d’environ 15 M$ pour 2005, par suite d’une amélioration de la marge de souscription.

John Deere Capital Corporation
Les renseignements suivants sont communiqués au nom de la filiale decrédit de la société, John Deere Capital Corporation (JDCC), conformément auxexigences de présentation applicables à l’émission périodique de titresd’emprunt sur le marché public. Le bénéfice net de JDCC s’est chiffré à69,2 M$ pour le trimestre et à 270,6 M$ pour l’exercice, comparativement à unbénéfice net de 70,9 M$ et de 280,5 M$ au dernier exercice. Le recul desrésultats pour le trimestre et l’exercice est principalement attribuable à labaisse des marges et à une augmentation des frais d’administration, liée enpartie à l’augmentation de la provision pour les primes de rendement liées àla rentabilité générale de l’entreprise. Ces facteurs ont été en partieneutralisés par une diminution de la provision pour les créancesirrécouvrables témoignant de l’excellente qualité du portefeuille.

Le montant net des comptes clients et des contrats de location financéspar JDCC s’établissait à 13,230 G$ en date du 31 octobre 2004, comparativementà 11,856 G$ il y a un an. Les montants nets des comptes clients et descontrats de location gérés, y compris les comptes clients précédemment vendus,totalisaient 16,282 G$ en date du 31 octobre 2004, comparativement à 14,451 G$il y a un an.

Règle refuge
Déclaration de la règle refuge en vertu de la Private SecuritiesLitigation Reform Act of 1995 : Les déclarations du présent communiqué qui serapportent aux périodes d’exploitation futures sont soumises à des risques età des incertitudes importants qui pourraient entraîner un écart notable entreles prévisions et les résultats réels. Certains de ces risques et incertitudespeuvent entraîner des répercussions sur des secteurs d’activité bien précis,tandis que d’autres peuvent avoir une incidence sur l’ensemble des activitésde la société.

Ces énoncés prospectifs comportent certains facteurs pouvant fairel’objet de changements, y compris, pour le secteur de l’équipement agricole,les nombreux facteurs interdépendants qui peuvent influer sur la confiance desagriculteurs, notamment la demande mondiale des produits agricoles, les stocksmondiaux de céréales, la croissance de l’utilisation non alimentaire decertaines cultures, les prix réalisés pour les produits de base et le bétail,les dépenses liées aux cultures agricoles (principalement les coûts ducarburant et des engrais), les conditions météorologiques et du sol, la valeurdes biens immobiliers, la surface disponible pour l’agriculture, le niveau, lacomplexité et la distribution des programmes agricoles gouvernementaux ainsique les réactions internationales à ces programmes, les maladies du bétail(dont l’encéphalopathie spongiforme bovine, communément appelée maladie de la« vache folle »), les parasites et les maladies des cultures (dont la rouilleasiatique), le rendement des récoltes et la disponibilité de leur transportpar chemin de fer, et le volume des exportations de produits agricoles(notamment les préoccupations à l’égard des organismes génétiquementmodifiés).

Parmi les facteurs pouvant avoir une incidence sur les activités de ladivision de l’équipement commercial et résidentiel de John Deere figurent laconjoncture économique générale dans les marchés de l’équipement commercial etrésidentiel, la confiance des consommateurs, leurs habitudes d’emprunt, leurspréférences d’achats, les mises en chantier d’habitations, les dépenses desmunicipalités et des clubs de golf, ainsi que les conditions météorologiques.

Le nombre de mises en chantier d’habitations, les taux d’intérêt et leshabitudes de consommation sont particulièrement importants pour les ventes dematériaux de construction de la société. En outre, la construction d’édificesnon résidentiels et publics a une incidence sur les résultats de la divisionéquipement forestier et construction. Par ailleurs, les prix de la pâte, dubois d’oeuvre et des panneaux de charpente ont des effets non négligeables surles ventes d’équipement forestier.

L’ensemble des activités et des résultats de la société subissent lesrépercussions de la conjoncture économique générale et de la stabilitépolitique des marchés mondiaux où Deere exerce ses activités. En outre, lesactivités et les résultats de la société subissent l’influence des difficultésliées à la production et à la technologie, notamment les contraintes decapacité et les difficultés d’approvisionnement, les coûts etl’approvisionnement (y compris l’approvisionnement en marchandises commel’acier et le caoutchouc), la disponibilité et les coûts du fret, en pétroleet en énergie, des politiques monétaires et fiscales de divers pays, desguerres et autres conflits internationaux ou de leur imminence, des mesuresprises par le Federal Reserve Board et par les autres banques centrales desEtats-Unis, des mesures adoptées par la Securities and Exchange Commission,des mesures des organismes de réglementation environnementale, y compris en cequi a trait aux émissions des moteurs et au risque d’un réchauffementplanétaire, et d’autres organismes de réglementation, des mesures prises pardes agences de cotation, des crises touchant les marchés financiers, de laconfiance des investisseurs, des taux d’inflation et de déflation, des tauxd’intérêt et des taux de change, des habitudes d’emprunt et de remboursementdes clients, ainsi que du nombre de prêts en souffrance et de défauts depaiement. D’autres facteurs englobent les stratégies des concurrents dans lesdivers secteurs d’activité de la société, notamment la réduction des prix, lespratiques des concessionnaires, surtout en ce qui concerne les niveaux destocks d’équipement neuf et d’occasion, les relations de travail, lamodification des normes comptables, l’incidence du terrorisme et les réactionsqu’il suscite, ainsi que les lois régissant les secteurs d’activité de lasociété. D’importantes fluctuations des coûts liés aux soins de santé et de lavaleur marchande des actifs de placement, qui se répercutent sur les chargesde retraite, peuvent également influer sur les résultats de la société.

Les prévisions de la société sont fondées sur des hypothèses liées auxfacteurs décrits précédemment. Ces hypothèses reposent parfois sur desestimations et des données préparées par des organismes gouvernementaux. Cesprévisions et données font l’objet de fréquentes mises à jour. Toutefois, lasociété ne s’engage d’aucune façon à actualiser ni à réviser ses prévisions àla lumière de nouveaux événements ou pour toute autre raison. Pour obtenir deplus amples renseignements sur la société et ses activités, de même que surles facteurs qui pourraient influer notablement sur ses résultats financiers,veuillez consulter le dernier rapport annuel de Deere & Company consigné surles documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission desEtats-Unis.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

John Deere
http://www.deere.com/

Commentaires