Des balles de foin pour les ministres du gouvernement Charest

Québec (Québec), 23 octobre 2003 – « Aujourd’hui, nous remettons à chacun des vingt-sept membres formant le Conseil des ministres du Gouvernement Charest une balle de foin bien identifiée et enrubannée. Nous leur recommandons de garder précieusement notre cadeau, puisqu’il pourrait être des plus utiles, si au cours des prochains jours la situation des producteurs de bovins ne s’améliore pas ».

Tel est le message qu’a livré aujourd’hui en conférence de presse, tenuedevant l’Assemblée nationale, le président de la Fédération des producteurs debovins du Québec (FPBQ), M. Michel Dessureault, accompagné de M. ChristianLacasse, premier vice-président de l’Union des producteurs agricoles (UPA) etde M. Gilbert Rioux, deuxième vice-président de la Fédération des producteursde lait du Québec.

Par ce geste symbolique, la FPBQ réitère au Gouvernement du Québec son mécontentement face à l’aide financière incomplète récemment annoncée par la Ministre de l’Agriculture et son intention de revenir à la charge pour obtenirun programme adapté à l’ampleur de la crise qui secoue le secteur des bovins depuis le 20 mai dernier. Rappelons que quatre autres provinces canadiennesont déjà mis en place des programmes d’aide pour le secteur des bouvillonsd’abattage. En outre, l’Alberta a récemment annoncé son intention d’offrir unnouveau programme couvrant cette fois les bovins de réforme.

Pour le président de la Fédération, M. Michel Dessureault, « il est urgentque Québec refasse ses devoirs, avec ou sans l’aide d’Ottawa, et qu’il bonifieson programme d’aide afin de couvrir correctement l’ensemble des producteurs.Sans quoi, a tenu à préciser M. Dessureault, nous n’aurons d’autres choix quede revenir, mais cette fois-ci massivement accompagnés », annonçant qu’uneimportante manifestation de producteurs de bovins se préparait à Québec pourmercredi prochain, le 29 octobre.

« Alors que le programme d’aide laisse en plan les 16 000 producteurs debovins de réforme (producteurs laitiers et de veaux d’embouche) et ne compensequ’à moitié les producteurs de bouvillons et de semi-finis, l’ensemble desproducteurs de bovins du Québec est plus que jamais justifié et déterminé àpoursuivre ses activités de mobilisation », a indiqué M. Christian Lacasse,premier vice-président de l’UPA. Québec doit comprendre l’exaspération et ledésarroi des producteurs qui subissent depuis plus de cinq mois d’énormespertes de revenus.

Après avoir rencontré, depuis plusieurs semaines, la plupart des députésprovinciaux, la Fédération des producteurs de bovins du Québec et sessyndicats régionaux, supportés par les fédérations régionales de l’UPA,comptent maintenant hausser le ton et accroître la fréquence et la portée desactivités de sensibilisation en mettant en place des actions de plus en plusénergiques.

Pour MM. Dessureault et Lacasse, comme encore près de 60 % du commercedans le secteur bovin est toujours sous embargo, la crise est loin d’êtrefinie. Il est donc plus qu’urgent que les producteurs puissent compter sur unvéritable programme d’aide qui couvrira tous les secteurs de la productionbovine (abattage, engraissement et reproduction) et ce, jusqu’à ce que lesfrontières soient totalement ouvertes, comme avant le 20 mai, et que les prixdu marché reprennent leurs cours normaux.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de bovins du Québec (FPBQ)
http://www.bovin.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires