Des technologies de traitement du lisier se concrétisent

Longueuil (Québec), 10 décembre 2001 – Près d’une dizaine de procédés de traitement du lisier de porc sont sur le point de démontrer concrètement leur potentiel d’application sur le terrain. C’est ce qui ressort du plus récent rapport d’évaluation des technologies de gestion et de traitement du lisier préparé par le groupe de travail « Transfert technologique » qui vient d’être remis à la Fédération des producteurs de porcs du Québec. Ce groupe est composé de chercheurs et de praticiens spécialisés en gestion et traitement du lisier. Il a été formé, en 1997, dans le cadre du Plan agroenvironnemental de la production porcine québécoise, pour identifier des procédés de traitement performants.

« La majorité des procédés de traitement que notre groupe a évalués, sur la base de 40 critères agroenvironnementaux et économiques, sont conçus pour être utilisés à la ferme. Par ailleurs, certaines de ces technologies pourraient être implantées sur une base régionale permettant ainsi de desservir plusieurs entreprises porcines à la fois », d’expliquer M. Gaétan Gingras, ingénieur, agronome et président du groupe de travail. Il a précisé que déjà quatre technologies analysées dans le rapport sont actuellement mises à l’essai et évaluées à la ferme.

Le traitement du lisier est une des solutions privilégiées pour régler la problématique des surplus dans certaines régions du Québec. La Fédération des producteurs de porcs reçoit très positivement les conclusions du rapport sur l’évaluation des technologies de traitement du lisier. « Les producteurs et les productrices de porcs ont maintenant espoir d’accéder à ces procédés d’ici deux à trois ans. Bien entendu, le traitement du lisier est plus coûteux que l’épandage. Toutefois, à l’instar de ce qui s’est fait dans les secteurs municipaux et industriels, nous souhaitons ardemment que le gouvernement nous donne un coup de pouce pour accélérer l’implantation de ces solutions indispensables dans certaines régions », d’exprimer M. Clément Pouliot, président de la Fédération des producteurs de porcs du Québec. Il a poursuivi en mentionnant que ces technologies de traitement en devenir viennent appuyer les efforts déjà déployés par les producteurs pour réduire les rejets en azote et en phosphore et pour diminuer les odeurs.

Le groupe de travail « Transfert technologique » continuera son travail d’évaluation sur la base des données technico-économiques qui leur seront fournies par les promoteurs des procédés. Précisons que les experts du groupe de travail sont issus des organisations suivantes : l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) – Institut Armand-Frappier, l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA), le Centre de développement du porc du Québec (CDPQ), l’Université Laval, BPR Groupe-conseil, la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, FERTIOR, le ministère de l’Environnement du Québec (MENV), le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), l’Union des producteurs agricoles (UPA) et la Fédération des producteurs de porcs du Québec (FPPQ).

Le premier rapport du groupe de travail a été remis à la Fédération en 1998. Ce dernier identifiait déjà des procédés de traitement prometteurs sur lesquels des travaux d’évaluation devaient être poursuivis afin d’obtenir des données fiables sur tous les plans. Les récents résultats d’évaluation proviennent de l’analyse des dossiers soumis par les promoteurs intéressés depuis l’automne 2000.

Le rapport est accessible sur le site Internet de la Fédération des producteurs de porcs du Québec ou en appelant au (450) 679-0540, poste 8419.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

BPR Groupe-conseil

http://www.groupe-bpr.com/

Centre de développement du porc du Québec (CDPQ)

http://www.cdpqinc.qc.ca

Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal

http://www.medvet.umontreal.ca/

Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA)

http://www.irda.qc.ca/

Institut national de la recherche scientifique (INRS)

http://www.inrs.uquebec.ca/

Le Porc du Québec

http://www.leporcduquebec.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Ministère de l’Environnement du Québec

http://www.menv.gouv.qc.ca

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Université Laval

http://www.ulaval.ca/

Commentaires