Ligne de temps

Du blé en abondance au Canada

Les bons prix du blé et des perspectives moins intéressantes du côté du soya expliquent le regain d’intérêt pour la céréale cette année.

Après une forte baisse en 2017, les cultures de blé ont connu un regain au Canada cette année, selon les dernières données compilées par Statistiques Canada. Il s’est semé 10,4% de plus de blé dans le pays comparativement à l’an dernier. L’organisme gouvernemental explique ce renversement par la décision des producteurs de délaisser le soya dont les superficies ont reculé de 13.2%. « Les prix avantageux du blé, le temps sec dans les provinces de l’Ouest, où la majorité de la diminution a eu lieu, et des stocks de soya élevés à l’échelle mondiale » sont les raisons invoquées par Statistique Canada.

Les superficies de blé devraient atteindre 24,7 millions d’acres grâce à une hausse notable du blé de printemps, surtout en Saskatchewan. Les superficies de soya chutent à 6,3 millions d’acres après avoir atteint un sommet en 2017. Le canola recule également (- 1,1 %) à 22,7 millions d’acres, tout comme les lentilles (-14,5%), une conséquence attribuée dans ce cas-ci aux tarifs imposés par l’Inde.  Le maïs-grain demeure relativement stable à soit 3,6 millions d’acres en 2018, en hausse de 1,6 % par rapport à 2017. Du côté des autres céréales,  l’orge augmente de 12,7 % à 6,5 millions d’acres tandis que l’avoine recule de 4,6% à 3,1 millions d’acres.

Cartographie des superficies de quatre grandes cultures principales choisies au Canada : blé, canola, maïs-grain et soya, juin 2018.
Source: Statistique Canada

Le rapport de Statistique Canada indique par ailleurs que les semences étaient terminées ou bien avancées au moment de l’enquête. Le temps chaud à la fin de mai pourrait toutefois avoir des répercussions sur les futures récoltes.

Au Québec, la superficie ensemencée en soya a diminué de 7 % par rapport à 2017 pour s’établir à 915 000 acres, après un sommet historique l’an dernier. En Ontario, le soya a également été moins populaire mais dans une moindre mesure avec un baisse de 1,8% des superficies à 3 millions d’acres. Pour la 1er en 10 ans, la culture du soya a reculé au Manitoba mais en Saskatchewan que la chute est la plus notable avec une baisse de 52,1 % par rapport à l’an dernier à 407 500 acres.

Le maïs-grain progresse légèrement au Québec (+1,5 %) à 953 000 acres en 2018. La superficie ensemencée en maïs-grain au Manitoba a aussi augmenté de 4,4 % pour atteindre un sommet de 428 000 acres en 2018. En Ontario, la plus importante province productrice, les agriculteurs ont ensemencé 2,2 millions d’acres en maïs-grain, une augmentation de 1,7 % par rapport à 2017.

Quant aux autres céréales dans la Belle province, les champs semés en orge en avoine et en blé d’hiver cette année ont augmenté tandis que champs de canola et de blé de printemps sont moins élevés.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires