Du grain de qualité incertaine pour les Canadiens, selon l’AFPC

Ottawa (Ontario), 28 septembre 2004 – La Commission canadienne des grains est prête à livrer des grains non inspectés sur les marchés domestiques du Canada en cas de grève des inspecteurs. C’est ce qu’a laissé savoir lacommissaire en chef de la Commission canadienne des grains (CCG), Mme ChrisHamblin, dans un récent communiqué de presse. Le syndicat qui représente lesinspecteurs, l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), trouve cetteprise de position inacceptable.

« La Commission accepte de prendre un risque avec la santé des Canadienset Canadiennes, a déclaré le président de l’élément Agriculture de l’AFPC,Yves Ducharme. Les grains que consomme la population canadienne sont aussiimportants que ceux qui sont vendus à l’étranger, a-t-il ajouté. »

En cas de grève, la CCG va concentrer ses effectifs restants sur lesinspections des grains pour exportation. La commissaire en chef écrit qu’encas de grève, « la CCG réserve ses ressources pour vérifier la qualité du grainet le peser au moment où il est chargé dans les navires pour être exporté. »

Ducharme met également en doute les prétentions de la Commission àl’effet que des équipes complètes d’inspecteurs expérimentés dansl’exportation puissent être remplacées par quelques gestionnaires souventinexpérimentés dans l’inspection des grains.

« Nous comptons plus de 400 membres affectés à l’inspection et à la peséedu grain. Ils sont nombreux et ils comptent beaucoup d’expérience. Il estimpensable de les remplacer efficacement par une poignée de gestionnaires, » adéclaré Ducharme.

Pour la présidente nationale de l’AFPC, Nycole Turmel, le conflit detravail des inspecteurs de la CCG vient confirmer la nécessité d’uneintervention du premier ministre du Canada afin d’en arriver à une ententenégociée qui soit juste et équitable.

« Ce sont tous les Canadiennes et Canadiens qui vont bientôt subir leseffets néfastes d’un conflit de travail qui perdure à cause de l’inertie dugouvernement fédéral, a déclaré Turmel. Le gouvernement se traîne les piedsdans ces négociations et il refuse de présenter des offres valables, » a-t-elleajouté.

L’AFPC compte présentement 40 000 membres en position de grève dans lesdifférents ministères et agences fédérales. Plus de 80 000 travailleurspourraient s’ajouter à ce nombre dans quelques jours.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission canadienne des grains (CGC)
http://www.cgc.ca/

Commentaires