Développement de la filière du porc biologique en Abitibi-Témiscamingue

Rochebeaucourt (Québec), 9 novembre 2001 – Le député d’Abitibi-Ouest, et président du Caucus des députés du Parti Québécois, M. François Gendron, et la présidente du Conseil régional de développement de l’Abitibi-Témiscamingue (CRDAT) et présidente du comité aviseur régional de la Société de diversification économique des régions (SDER), Mme Aline Sauvageau, ont procédé à l’annonce de l’appui du gouvernement du Québec et de la SDER à un important projet de diversification de la production agricole régionale.

« Grâce à une intervention à trois niveaux, faisant appel à une concertation et une coordination hors de l’ordinaire de nombreux partenaires, le développement de la filière du porc biologique en Abitibi-Témiscamingue franchit aujourd’hui une étape importante avec des appuis significatifs à la production de céréales biologiques, à la transformation de ces céréales en moulées biologiques et à l’élevage de porcs biologiques », a déclaré M. Gendron qui intervenait au nom de M. Gilles Baril, ministre d’Etat aux Régions et ministre de l’Industrie et du Commerce, et de M. Maxime Arseneau, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Le ministère de l’Agriculture des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) accorde une aide totalisant 260 000 $ aux volets meunerie biologique et porcherie biologique. Ces deux projets représentent des investissements de 1 280 000 $ et sont menés respectivement par la Coopérative de production biologique d’Abitibi qui érigera une meunerie biologique à Barraute pour y transformer les céréales biologiques produites en région, et la Ferme Bio Abitibi inc. de Lamorandière qui a entrepris la construction d’une porcherie biologique d’une capacité de 100 truies.

M. Gendron a tenu à souligner que les sommes ainsi injectées par le MAPAQ dans l’industrie agro-alimentaire régionale proviennent de la Stratégie de développement économique des régions ressources lancée par le gouvernement du Québec au printemps dernier et dont les effets se font de plus en plus sentir en région.

Parallèlement à cet appui à la mise en place des infrastructures de production, Mme Aline Sauvageau a indiqué, au nom du président de la Société, M. Janvier Cliche, la contribution importante de la SDER aux coûts inhérents au développement de la filière biologique en Abitibi-Témiscamingue qui est maintenant en mesure de passer de la phase artisanale à la phase commerciale. La SDER versera ainsi, en deux étapes, une aide financière de 268 650 $ sur des coûts estimés à 458 000 $ liés aux étapes de la mise au point des produits, de leur accréditation bio et de leur commercialisation.

Cette aide est accordée à l’Association des producteurs biologiques d’Abitibi-Est qui assume la coordination de ces aspects du projet, tant au niveau de la production de céréales et de moulées biologiques qu’à celui de l’élevage proprement dit.

M. Gendron et Mme Sauvageau ont tenu à souligner l’importance du développement de la filière des élevages biologiques pour l’avenir de l’industrie agroalimentaire régionale. « A moyen terme, ce sont une douzaine de porcheries biologiques qui pourraient voir le jour dans notre région, avec un impact important sur la création d’emplois, la remise en culture de terres en friche et l’accroissement de nos exportations vers les marchés extérieurs où la demande pour des produits biologiques est en forte croissante », a indiqué M. Gendron pour qui la filière biologique est une vocation naturelle de l’Abitibi-Témiscamingue en raison de la grande disponibilité de sols de qualité et de la relative jeunesse des activités agricoles.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires