Estimez votre potentiel de rendement

C’est lorsque le maïs est semé aux dates idéales et que la population qui en résulte à la suite de l’émergence est élevée que son potentiel de rendement est à son meilleur.

En ce printemps de météo atypique, il est possible dès maintenant d’estimer ce potentiel de rendement. Est-il en-deça de 80 %, ou plutôt à 95 % et plus? Quelques calculs et vous aurez la réponse. Voici une méthode qui peut aussi servir à prendre une décision de resemis si la levée est catastrophique.

Tout d’abord, on établit la population à l’acre ou à l’hectare. Lorsque comparée au taux de semis, la population réelle obtenue est révélatrice de la qualité du semis (bonne profondeur, espacement régulier et bonnes conditions de sol) ou des dommages provoqués par les intempéries ou les maladies du sol.

En supposant que vous utilisez des rangs aux 30 pouces, choisissez un rang représentatif du champ et comptez-y le nombre de plants sur une distance de 17 pieds et 5 pouces. Vous obtenez ainsi un nombre de plants par 1/1000 d’acre. En multipliant le nombre de plants par mille, vous obtenez votre population (ex. : 32 plants X 1000 = population de 32 000 plants à l’acre).

Pour un résultat plus juste, répétez ce calcul à au moins cinq endroits dans le champ et faites la moyenne. Pour une population en hectares, multipliez le nombre de plants à l’acre par 2,471.

Ensuite, référez-vous au tableau Rendement en grain prévu selon les dates de semis et les densités de peuplement du ministère de l’Agriculture de l’Ontario. Repérez à droite la date la plus proche de votre date de semis, puis repérez la colonne qui correspond à la population obtenue. Vous obtenez ainsi un pourcentage du potentiel maximal de rendement dans ce champ de maïs.

Par exemple, un maïs semé le 4 mai et dont la population obtenue s’établit à 56 000 plants à l’hectare devrait donner 95 % de son rendement potentiel.

Il s’agit essentiellement que d’une estimation du potentiel de rendement, celui-ci pouvant varier en fonction des conditions qui prévaudront tout au long du reste de la saison. N’oubliez pas non plus que chaque hybride répond différemment à la population et à son environnement de croissance.

 

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires