Éviter 20 décès par année

Les producteurs agricoles peuvent éviter des accidents en procédant régulièrement à des auto-inspections. À cette fin, la CSST, le Réseau de santé publique en santé au travail et l’Union des producteurs agricoles (UPA) ont uni leurs efforts. L’auto-inspection sera le thème de la Semaine de la santé et de la sécurité en agriculture, du 9 au 16 mars.

Pour guider les agriculteurs dans leur auto-inspection, la CSST pulie quatre cahiers, intitulés J’ai le pouvoir d’agir – Je fais ma tournée d’inspection.

Le milieu agricole québécois déplore en moyenne 20 décès et 3 000 lésions par année. L’exploitation d’une entreprise agricole présente de nombreux risques, lesquels sont souvent masqués par les habitudes de travail.

« Travailler sur une ferme, c’est dangereux. L’inspection s’avère un moyen efficace pour identifier les risques avant que ne surviennent des accidents. C’est le point de départ de toute amélioration des conditions de sécurité », affirme Sylvie Bouchard, directrice du partenariat de la CSST.

« L’auto-inspection doit devenir un automatisme, soutient M. Denis Bilodeau, deuxième vice-président de l’UPA. Si cette démarche est intégrée aux activités agricoles, ça devient vite une routine. C’est important de le faire, car perdre un travailleur pendant quelques semaines ou quelques mois peut avoir des conséquences importantes sur l’entreprise. »

Les outils disponibles cette année comptent un guide, deux aide-mémoires et un formulaire de rapport d’inspection. L’approche vise à faciliter l’auto-inspection à la ferme. On suggère, entre autres, d’inspecter une cible à la fois, par exemple, un groupe d’équipements, un lieu de travail ou une tâche. La démarche en elle-même est divisée en quatre étapes simples : préparation, inspection, analyse et suivi.

Ces outils sont disponibles gratuitement sur Internet.

Commentaires