Fin des néonicotinoïdes en Ontario d’ici 2017

Le ministère de l’Agriculture de l’Ontario a annoncé qu’il consulterait bientôt le milieu agricole sur son projet de réduire drastiquement l’utilisation des semences de soya et de maïs traités aux néonicotinoïdes.

Le ministère, qui a reçu le mandat en septembre d’agir sur la question, s’apprête à déposer un projet de loi effectif dès le 1er juillet 2015 afin que les nouvelles règles soient mises en application pour la période des semences de 2016.

La province s’est donné comme objectif de réduire de 80% la surfaces avec des cultures traités aux néonics d’ici 2017. Elle veut aussi réduire le taux de mortalité hivernal des abeilles à 15% d’ici 2020, un niveau estimé acceptable, tout en développant un plan d’action sur la santé des pollinisateurs.

Des consultations sur le sujet auront lieu en décembre et janvier 2015. Le ministère de l’Environnement recevra aussi les commentaires sur le sujet de la santé des pollinisateurs sur son site relié aux réglementations.

L’annonce a été bien reçue par les apiculteurs de la province mais moins bien par les agriculteurs. Grain Farmers of Ontario (GFO) qui représente les producteurs de soya, de blé et de maïs de la province ont répliqué qu’un objectif de réduction à 80% équivalait à une interdiction du produit. Le Conference Board du Canada avait estimé plus tôt la semaine dernière qu’une telle mesure pourrait représenter jusqu’à 630 M$ en perte de revenus. Le président de GFO a indiqué que la proposition de la province était « sans fondement, impraticable et irréaliste ».

De son côté, CropLife a dit souscrire aux objectifs de la province dans la réduction de la mortalité des abeilles. Toutefois, elle questionne les moyens utilisés en faisant valoir que la santé des abeilles est une question complexe reliée à de nombreux facteurs, dont plusieurs ne sont pas directement reliés à l’agriculture. Selon la société, les nouvelles normes ne feront rien pour favoriser la protection à long terme des pollinisateurs et font reposer la responsabilité sur le secteur agricole.

CropLife met aussi de l’avant les avantages des néonicotinoïdes qui vont de la réduction du travail au sol à une application plus contrôlée des insecticides. Elle ajoute qu’il y a eu une réduction de 70 % des incidents impliquant des abeilles en Ontario en 2014 lors de la saison des semis.

Les apiculteurs ontariens ont enregistré des pertes hivernales de 58% au printemps dernier, soit trois fois le niveau affiché dans les autres provinces. La production de miel qui représente un chiffre d’affaires annuel de 923 millions de dollars en Ontario.

Le ministère fédéral de la Santé a récemment établi un lien entre la mortalité anormale des abeilles et l’usage de graines de soya et de maïs traitées aux néonicotinoïdes.

Source: AgCanada, CropLife

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires