France : les revenus agricoles en baisse de 15 %

Paris (France), 16 décembre 2008 – La Commission des comptes de l’agriculture de la Nation s’est réunie le 16 décembre 2008 pour examiner les comptes prévisionnels de l’agriculture française pour l’année 2008.

L’année 2008 a été marquée par une forte progression des coûts de production dans un contexte de prix moins favorable que celui des deux années passées. Globalement, les prix de l’ensemble de la production agricole augmentent de 0,8 % tandis que les charges de production progressent de 10,9 %. Cet écart entre les évolutions de prix des produits et des charges explique la baisse du revenu pour 2008 qui atteint 15 % en moyenne par actif pour l’ensemble de la branche et 14 % pour les exploitations professionnelles.

La hausse des prix du pétrole, avant le retournement de l’automne, s’est répercutée sur le prix de l’énergie directe consommée par les exploitations (+ 20 %) et sur celui des engrais (+ 26 %). Elle a pesé sur toutes les exploitations. Le prix des aliments composés a également fortement progressé (+ 15 %) à cause des tensions sur le marché des céréales en 2007, ce qui a affecté les élevages. Par la suite, le net repli des cours des céréales a fortement pesé sur les exploitations de grandes cultures.

  • dans les exploitations de grandes cultures, la baisse des prix n’a pas été compensée par les bonnes récoltes. Le revenu des exploitations spécialisées en céréales, oléagineux et protéagineux chute de 37 % après un doublement en 2007. Le recul est un peu moins prononcé pour les autres exploitations de grandes cultures (- 25 %).
  • les exploitations fruitières et horticoles voient leur revenu diminuer respectivement de – 26 % et de – 16 %, suite aux aléas climatiques du printemps et de l’été qui ont perturbé la campagne des fruits et légumes,
  • dans les exploitations d’élevage, à l’exception des veaux, les productions affichent des prix en hausse dans un contexte de faible évolution des productions. Sous l’effet des hausses des coûts, le revenu s’inscrit en net recul pour les éleveurs de bovins viande (- 32 %) et pour les éleveurs ovins (- 10 %). En revanche, pour les éleveurs laitiers, le revenu s’accroît donc de 23 % sur l’ensemble de l’année 2008, malgré une forte dégradation de la situation au dernier trimestre et le retournement très net du marché. La progression de la collecte laitière et la hausse des prix sur les neuf premiers mois, font plus que compenser l’augmentation des coûts de production sur l’année. Globalement le revenu des exploitations d’élevage hors sol enregistre un léger repli (- 3 %), la hausse des prix des porcs et volailles couvrant presque totalement la hausse des prix des aliments.
  • la situation des exploitations viticoles s’améliore. Le revenu en viticulture courante continue à se redresser (+ 15 %). En viticulture d’appellation, il évolue plus modérément (+ 2 %).

« C’est pour répondre à cette situation que nous avions anticipée, que j’ai présenté au nom du gouvernement, dès le 12 novembre, un plan d’urgence doté de 250 millions d’euros avec l’effort des banques et de la mutualité sociale agricole. Son objectif est de permettre aux entreprises agricoles en difficulté, notamment dans le secteur de l’élevage, de passer le cap de 2009, dans l’attente de la mise en oeuvre du bilan de santé de la PAC », a déclaré Michel BARNIER, ministre de l’agriculture et de la pêche.

Commentaires