Frôler le gel

Pour que les feuilles et la tige du maïs soient affectées par le gel, la température de l’air doit descendre sous la barre des -2 degrés Celsius.

D’après le spécialiste des grandes cultures au ministère de l’Agriculture de l’Ontario, Greg Stewart, généralement, en deçà de -2 degrés, les feuilles et la tige seront endommagées, de sorte qu’il n’y aura plus de photosynthèse. Cela mettra fin au remplissage des grains et le plant deviendra vulnérable à la verse.

Lorsque les nuits sont froides, que le point de congélation est presque atteint et qu’il n’y a pas de dommage par le gel, il semble que le maïs soit capable de reprendre le remplissage des grains lorsque les températures remontent.

À l’Université de Guelph, le Dr Thys Tollenaar a mesuré des réductions de 50 % de la photosynthèse et du taux de remplissage des grains attribuables à une nuit froide. Cependant, après un retour à des températures plus élevées, les plants ont repris leurs activités à des taux semblables à ceux de plants qui n’avaient jamais subi de températures très basses.

Il s’avère par contre que les plants de maïs qui subissent des températures près du point de congélation pendant trois à quatre jours consécutifs voient leur processus de remplissage des grains significativement ralenti pour quelques jours par la suite.

Le maïs et les nuits froides de septembre (en anglais), à lire sur Field Crop News.

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires