Greenpeace proteste contre un brevet couvrant tout un champ de production

Munich (Allemagne), 5 février 2002 – L’organisation écologique Greenpeace a protesté contre l’octroi par les autorités européennes d’un brevet qui assurerait à son détenteur des droits sur la production d’un champ entier contenant des OGM et non plus seulement sur la souche génétiquement modifiée.

Selon Greenpeace, l’Office européen des brevets (EPA), dont le siège est à Munich (sud), a accordé le 23 janvier dernier ce brevet, intitulé EP 784 421, conjointement à une firme américaine, Treetech Management, et à l’Université de Californie (Etats-Unis).

Ces deux dernières pourront ainsi percevoir des droits sur toute la production à venir d’un champ où poussent à la fois des plantes qu’elles ont modifiées en introduisant un insecticide dans leur patrimoine génétique, mais aussi d’autres plantes, non modifiées, occupant le même terrain, selon Greenpeace.

Le brevet indique que l’ensemble du champ est vu comme une invention, d’après Greenpeace, pour qui c’est une première. L’agriculteur reste propriétaire du champ mais n’est en fait plus maître de sa récolte, s’indigne l’organisation écologique.

« Bientôt, c’est l’agriculteur lui-même qui fera l’objet d’un brevet. L’Office des brevets dépossède les agriculteurs au profit de l’industrie agricole génétique », a déclaré un responsable de Greenpeace, Christoph Then, dans un communiqué.

Aucune confirmation n’a été obtenue dans un premier temps auprès de l’Office.

Greenpeace a demandé la révision des directives européennes sur les brevets. « Les brevets sur les êtres vivants ou sur les gênes doivent être exclus », a estimé Christoph Then.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Greenpeace Canada

http://www.greenpeacecanada.org/

Commentaires