Grève dans deux usines d’Agropur 340 000 litres de lait jetés

Longueuil (Québec), 30 avril 2004 – En raison de la grève qui dure depuis trois semaines dans deux usines d’Agropur, la Fédération des producteurs de lait a été contrainte de demander à certains producteurs de disposer de leur lait à la ferme. Il s’agit d’une quantité de340 000 litres sur les quelque huit millions produits quotidiennement auQuébec. « C’est encore nous, les producteurs, qui écopons des conséquences d’unévénement sur lequel nous n’avons aucun pouvoir d’agir. C’est le fruit denotre travail qui est gaspillé. Nous avons travaillé d’arrache-pied, nous etnos partenaires de l’industrie, pour éviter d’en arriver là. Nous avons réussipendant trois semaines, mais aujourd’hui il n’y a plus de marge de manoeuvre »,a déclaré M. Jean Grégoire, président de la Fédération des producteurs de laitdu Québec.

L’arrêt de travail dans les usines de Plessisville et Notre-Dame-du-Bon-Conseil a nécessité jusqu’à maintenant le déplacement de plus de 20 millionsde litres de lait vers d’autres usines, notamment en Ontario et en Abitibi. Achaque semaine, tous les efforts ont été déployés pour placer ces volumes delait et éviter le pire. Mais les usines qui ont fonctionné au-delà de leurcapacité habituelle pendant 23 jours afin de transformer le lait normalementacheminé aux usines en grève, semblent avoir atteint leur limite.

Du lait a également été offert gratuitement aux transformateurs pourqu’il soit remis aux banques alimentaires. A ce jour, seules des quantitésmarginales ont pu être données.

Ce sont les producteurs qui assument la totalité des frais de transportsupplémentaires et de perte de lait qu’occasionne cette grève.

Les producteurs doivent traire leurs vaches deux fois par jour, septjours par semaine, sans temps supplémentaire ni congés fériés. Ils ne peuventajuster la production en fonction de ralentissements ponctuels des usines. Deplus, le lait est un produit périssable qui ne peut être entreposé plus dedeux jours à la ferme. Il doit obligatoirement être traité par les usinesavant d’être distribué aux consommateurs.

« Nous souhaitons vivement que le conflit de travail se règle rapidementafin d’éviter la répétition d’un tel événement », a conclu M. Grégoire.

La Fédération des producteurs de lait est responsable de mettre en marchéle lait des quelque 8 000 fermes laitières du Québec.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de lait du Québec
http://www.lait.org

Commentaires