Hausse du salaire minimum : réaction de la FCEI

Montréal (Québec), 15 décembre 2009 – ” La décision d’augmenter le salaire minimum de 50 cents est un non-sens pour les petits entrepreneurs qui commencent à peine à se relever d’un ralentissement économique important. C’est de faire porter la générosité du gouvernement sur le dos des entreprises qui en arrachent actuellement. Alors que la croissance du PIB réel ne dépassera certainement pas 2 % en 2010 et que l’on nous impose une augmentation de 5.5 % en 2010, ceci est difficilement compréhensible pour un petit entrepreneur,” a déclaré monsieur Richard Fahey, vice-président, Québec à l’annonce de cette mesure.

Cette nouvelle hausse de 50 cents du salaire minimum n’aurait pas pu être proposée à une plus mauvaise période, selon la FCEI. Les entreprises dont le personnel est concerné par le salaire minimum sont aussi celles qui peuvent apparaître les plus fragiles face à la crise. Nous pensons notamment aux secteurs de l’agriculture, des ventes au détail, du tourisme ou encore de la restauration, des secteurs dans lesquels la possibilité de créer de la valeur ajoutée est limitée. Cette hausse s’ajoute à celle mise en oeuvre en 2008. Entre le 1er mai 2007 (8$) et le 1er mai 2010, ce sera une augmentation de salaire de 18.8 % en trois ans… sans compter les taxes sur la masse salariale qui y sont associées.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI)
http://www.fcei.ca/

Commentaires