Hong Kong, une victoire modérée pour les agriculteurs

Honk Kong (Chine), 21 décembre 2005 – Les dirigeants agricoles canadiens remercient les ministres du Commerce international et de l’Agriculture ainsi que l’équipe de négociateurs d’avoir défendu vigoureusement les intérêts de l’agriculture lors des pourparlers de l’OMC à Hong Kong et d’avoir progressé vers des accords qui profiteront aux agriculteurs. À la fin de la réunion de Hong Kong, des gains avaient été réalisés au chapitre de l’élimination des subventions à l’exportation, et des mesures encourageantes avaient été prises en vue de l’élargissement de l’accès aux marchés et de la protection du droit des agriculteurs de choisir leurs propres systèmes de mise en marché.

« Nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir, surtout quand il est question d’élargir l’accès aux marchés pour nos exportateurs et de préserver la stabilité de la gestion de l’offre, mais la structure est en place pour atteindre ce but, soutient le président de la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA), Bob Friesen. Avec l’accord sur l’élimination prochaine des subventions à l’exportation et avec le nouveau libellé favorable à la gestion de l’offre et à la Commission canadienne du blé, je pense que nous pouvons parler d’une victoire modérée et d’une consécration de l’approche équilibrée du Canada. »

Dans l’entente conclue à Hong Kong, le libellé concernant l’accès aux marchés permettra au Canada de continuer à négocier pour obtenir des réductions tarifaires radicales et un assouplissement des règles sur la catégorie des produits sensibles pour la gestion de l’offre. Le libellé concernant les produits sensibles permet aussi au Canada de négocier un accès aux marchés plus net dans cette catégorie et d’améliorer éventuellement d’importants marchés d’exportation. La FCA estime aussi que les négociations sur le soutien interne vont dans la bonne direction, même si la capacité des États-Unis de maintenir leurs dépenses en les promenant d’une catégorie de soutien à une autre demeure une source de préoccupation, tout comme le caractère équitable des plafonds par produit. Le libellé concernant la concurrence à l’exportation est assez souple pour permettre au Canada de continuer à négocier sans renoncer à son droit de gérer des entreprises commerciales d’État à guichet unique comme la Commission canadienne du blé.

« Le Canada sort de cette session de l’OMC avec des gains en poche pour ses exportateurs et pour les productions intérieures sensibles, conclut M. Friesen. Nous nous rapprochons de la conclusion d’un accord qui sera bon pour tous les producteurs du Canada et pour les revenus agricoles canadiens. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires