La Chine accepte de rouvrir son marché au boeuf américain

Washington (États-Unis), 12 avril 2006 – La Chine a accepté de rouvrir son marché aux importations de boeuf américain, selon un communiqué commun publié mardi après une séance de négociations commerciales sino-américaines à Washington.

Ces importations étaient suspendues depuis décembre 2003, après la découverte d’un premier cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) aux Etats-Unis. Elles atteignaient avant cette suspension environ 100 millions de dollars par an.

La vice-première ministre chinoise Wu Yi a participé jeudi à une réunion de la Joint Commission on Commerce and Trade (JCCT) établie entre les Etats-Unis et la Chine avec le secrétaire américain au Commerce Carlos Gutierrez et le représentant américain pour le commerce (USTR) Rob Portman.

« Les Chinois ont accepté de rouvrir leur marché aux exportations de boeuf américain, ouvrir des négociations pour adhérer au protocole de l’Organisation mondiale du commerce sur les marchés publics, obliger les ordinateurs chinois à utiliser des logiciels authentifiés, fermer les usines de disques optiques qui produisent des CD et des DVD piratés et améliorer les mesures de respect des droits de propriété intellectuelle », a indiqué la partie américaine dans un communiqué séparé.

Selon Washington, Pékin a également accepté « d’éliminer les barrières au commerce d’équipements médicaux et d’ouvrir un dialogue sur l’industrie sidérurgique ».

Le président chinois Hu Jintao doit se rendre aux Etats-Unis en visite officielle du 18 au 21 avril.

Il s’agissait de la 17e réunion de la JCCT. Mme Wu Yi effectue actuellement une visite aux Etats-Unis pour préparer celle de M. Hu et signer des accords commerciaux.

« Nous avons effectué des progrès évidents dans plusieurs secteurs, y compris les droits de propriété intellectuelle et l’accès au marché », a souligné M. Gutierrez. « Nous avons encore du travail à faire mais la réunion d’aujourd’hui (mardi) représente un pas en avant positif sur de nombreux sujets importants », a-t-il souligné.

Le président américain George W. Bush avait affirmé lundi qu’il attendait de Hu Jintao une déclaration sur les taux de change lors de sa visite aux Etats-Unis.

« Il va venir dans un pays qui a un déficit commercial de plus de 200 milliards de dollars (avec la Chine) et beaucoup d’Américains se demandent si la relation commerciale est équitable. Il peut aider les Américains à comprendre l’importance du libre-échange s’il fait une déclaration sur sa devise, par exemple », avait souligné M. Bush.

La Chambre de commerce américaine s’est félicitée mardi des progrès accomplis lors de la réunion de la JCCT tout en estimant que « davantage doit être fait pour améliorer les relations commerciales » entre les deux pays.

« S’attaquer sérieusement à l’application des lois sur le respect des droits de propriété intellectuelle est essentiel pour renforcer les relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine », a affirmé Myron Brilliant, vice-président de la Chambre de commerce américaine chargé de l’Asie.

« Faire en sorte que les entreprises américaines aient les mêmes chances de succès sur le marché chinois que celles que les entreprises chinoises ont déjà sur le marché américain est une priorité », a-t-il souligné, cité dans un communiqué.

« Les efforts de la Chine pour ouvrir son marché, respecter les droits de propriété intellectuelle, adopter un taux de change plus flexible basé sur les forces du marché (…) sont la meilleure antidote aux préoccupations grandissantes au sein du Congrès (américain) concenant les relations commerciales avec la Chine », a estimé M. Brilliant.

Source : AFP

Commentaires