La Chine annonce avoir mis au point deux vaccins contre la grippe aviaire

Pékin (Chine), 26 mai 2005 – Des scientifiques chinois ont développé deux vaccins dont ils assurent qu’ils pourront endiguer la propagation du virus H5N1 de la grippe aviaire chez les oiseaux et les volailles, a rapporté l’agence Chine nouvelle.

Selon la directrice du Laboratoire national de référence sur la grippe aviaire, Chen Hualan, les tests effectués sont satisfaisants et les nouveaux vaccins ont reçu l’autorisation du ministère de l’Agriculture pour être commercialisés.

« Les expériences montrent que l’efficacité des nouveaux vaccins pour prévenir une infection par le virux H5N1 est de 100% », a déclaré Mme Chen, selon l’agence officielle.

Une porte-parole de l’Organisation mondiale de la Santé basée à Pékin a toutefois mis en garde contre certains types de vaccins qui tendent à masquer la présence du virus sans pour autant l’éradiquer.

« Dans certains cas, il arrive que les symptômes soient réduits chez les oiseaux, mais qu’ils continuent à porter le virus et à le disséminer », a déclaré à l’AFP cette porte-parole, Maria Cheng.

La nouvelle du développement des nouveaux vaccins vient alors que la présence du virus H5N1 vient d’être dépistée sur des animaux morts dans la province du Qinghai (ouest), pour la première fois depuis l’an passé en Chine.

Une campagne de vaccination pour trois millions de volatiles a aussitôt été lancée.

De son côté, le scientifique américain David Ho a souligné dans la dernière édition du magazine Nature que la surveillance épidémiologique pour repérer des épidémies naissantes manquait cruellement de moyens en Chine et que les infrastructures sanitaires du pays étaient en piteux état.

« Il ne fait aucun doute que la Chine aurait de très graves problèmes si la pandémie de grippe devait frapper dans les années qui viennent », a-t-il déclaré en référence aux craintes d’une transmission massive à l’homme du virus H5N1 ou d’une autre forme de grippe dévastatrice.

Le gouvernement chinois « a une obligation morale vis-à-vis de sa population et du monde de rémédier à cette situation le plus tôt possible », a ajouté le chercheur.

La Chine a d’autre part encore beaucoup de chemin à faire avant de développer un vaccin contre la grippe aviaire destiné aux humains, selon Mme Cheng de l’OMS.

Le virus H5N1 de la grippe aviaire s’est transmis à l’homme depuis 2003 dans plusieurs pays d’Asie du Sud-Est. Au total, 54 personnes, dont 38 Vietnamiens, sont morts de la maladie, selon l’Organisation mondiale de la Santé, tandis que plus de 120 millions de volailles ont été abattues à cause de l’épizootie l’an dernier.

Source : AFP

Commentaires