La Chine lève son interdiction sur les produits de volaille

Ottawa (Ontario), 21 janvier 2005 – La Chine a levé son interdiction d’importer de la volaille et des produits de volaille en provenance du Canada. Les articles produits à compter du 18 janvier peuvent maintenant être exportés. En ce qui concerne la semence et les embryons de bovins ainsi que la semence et les produits sanguins d’origine porcine, la Chine a approuvé les centres de collecte et les installations de transformation du Canada, ce qui permet une reprise des échanges commerciaux. Cette décision redonne accès à l’un des plus importants marchés d’exportation du Canada en Asie.

« La Chine est l’un de nos plus importants marchés asiatiques, et nous sommes très heureux qu’elle ait décidé de reprendre immédiatement le commerce de ces produits, a souligné le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada, Andy Mitchell. Cette décision témoigne de la confiance qu’inspirent les systèmes de salubrité alimentaire du Canada et les mesures que nous avons mises en place. »

« Je suis heureux de constater que nos deux pays adoptent une démarche fondée sur des principes scientifiques pour régler ces questions importantes. Nous poursuivrons nos discussions avec la Chine afin qu’elle ouvre sa frontière aux autres produits du boeuf et aux animaux vivants », a indiqué le ministre du Commerce international, Jim Peterson, qui se trouve actuellement en Chine à la tête d’une mission commerciale canadienne.

En 2003, les exportations canadiennes de volaille et de produits de volaille se chiffraient à plus de 5 millions de dollars et les exportations de semence et d’embryons totalisaient 3,5 millions de dollars.

La découverte de cas d’influenza aviaire hautement pathogène au Canada a entraîné l’interruption des importations de volaille et de produits de volaille par la Chine en février 2004. La décision de la Chine de lever son interdiction repose sur des preuves fournies par le Canada montrant que la maladie a été éradiquée, et elle est conforme aux lignes directrices de l’Office international des épizooties (OIE).

La découverte d’un cas d’ESB en mai 2003 a entraîné l’imposition d’une interdiction sur les importations de produits bovins et de certains produits porcins. En septembre 2004, la Chine a levé l’interdiction pour un certain nombre de produits, après une série de discussions techniques avec les représentants canadiens. À l’occasion d’une visite à Beijing en octobre, le ministre Mitchell a signé deux protocoles établissant les conditions à respecter en matière de santé animale pour la reprise du commerce de semence et d’embryons de bovins. Les établissements canadiens approuvés récemment peuvent commencer dès maintenant à exporter ces produits ainsi que les produits sanguins d’origine porcine vers la Chine.

« Cette nouvelle est de très bon augure pour les industries de la volaille, du boeuf et du porc, a ajouté le ministre Mitchell. Elle montre que les efforts déployés et les discussions tenues récemment dans le but de renforcer nos mesures rigoureuses de salubrité des produits canadiens ont été couronnés de succès. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Office international des épizooties (OIE)
http://www.oie.int/

Commentaires