La FCA appuie la modification des règles sur l’aide alimentaire

Ottawa (Ontario), 14 janvier 2005 – La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) est favorable à ce que le Canada fasse une entorse à ses règles sur l’aide alimentaire pour permettre aux organismes d’aide de répondre efficacement aux besoins des pays frappés par le tsunami de décembre.

En vertu des règles actuelles, 90 % de l’aide alimentaire internationale canadienne doit être achetée au Canada. Afin que l’aide soit acheminée plus efficacement et à moindre coût, la FCA est en faveur d’accorder aux organismes d’aide canadiens une plus grande latitude quant à l’achat de denrées auprès des producteurs des régions touchées.

« Les agriculteurs canadiens, ainsi que l’ensemble de la population canadienne, souhaitent aider toutes les personnes dont la vie a été dévastée par cette tragédie, a déclaré le président de la FCA, Bob Friesen. Ce n’est certainement pas le moment d’exploiter nos programmes d’aide à des fins politiques. Les populations ont besoin de nourriture sans tarder, et il ne doit absolument pas y avoir de pénurie. »

La FCA appuie le Canada dans cette action unilatérale pour affronter la crise actuelle. Elle estime toutefois qu’à long terme la question devra être abordée dans le cadre de négociations internationales afin d’empêcher les abus de la part d’autres pays. Ainsi, en vertu de leur loi sur l’agriculture (Farm Bill), les États-Unis exigent actuellement que la totalité de leur aide alimentaire provienne des É.?U.

« Le fait de s’approvisionner dans les régions qui ont généralement besoin d’aide aurait aussi l’avantage de donner un coup de pouce aux agriculteurs locaux, a ajouté M. Friesen. Les règles sur l’aide alimentaire font actuellement l’objet de négociations à l’OMC. C’est le moment pour tous de se rallier. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires