La FCA appuie l’initiative des agriculteurs des Prairies

Ottawa (Ontario), 8 novembre 2001 – La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) appuie les agriculteurs de l’Ouest qui ont adhéré à la « Crop Loss Coalition », un organisme nouvellement créé, réunissant des groupements d’agriculteurs, et dont les objectifs sont d’effectuer des recherches sur les effets dévastateurs de la sécheresse qui a sévi au cours de la présente année et de sensibiliser le grand public à cette question.

Le président de la FCA, M. Bob Friesen, déclare : « Cette sécheresse dure depuis trois ans dans certaines régions du Canada. Ses effets cumulatifs et plusieurs autres facteurs font en sorte que de nombreux agriculteurs font face à un avenir bien sombre. Les investissements sont supérieurs aux profits et le rendement des récoltes, au cours de la présente année, est extrêmement bas. Les subventions élevées que certains pays d’Europe et les États-Unis accordent à leurs agriculteurs ont fait chuter le prix de certains produits, et certaines pratiques commerciales déloyales, comme l’embargo imposé l’année dernière par les États-Unis sur la pomme de terre de l’Île-du-Prince-Édouard, ont eu des effets négatifs sur le revenu des agriculteurs. »

La FCA étant le plus important organisme agricole au Canada, elle collabore avec des groupements agricoles de partout au Canada, y compris avec les Keystone Agricultural Producers du Manitoba et avec les Wild Rose Agricultural Producers de l’Alberta, organismes qui sont membres de la FCA et de la Crop Loss Coalition. L’initiative prise par ce dernier organisme est un exemple éloquent de la capacité des agriculteurs à se serrer les coudes en des temps difficiles. La voix des agriculteurs de l’Ouest se joint à celle des agriculteurs de partout ailleurs au Canada. Les agriculteurs seront plus unis que jamais lorsque viendra le temps de participer aux consultations que mènera bientôt le gouvernement fédéral sur les programmes de protection du revenu agricole au Canada.

« La FCA appuie la mise en place d’un cadre stratégique à long terme, mais inexorablement la réalité fait en sorte que nous devons aider les agriculteurs à se tirer de ce mauvais pas, donc, il est nécessaire d’inclure des solutions à court terme au programme à long terme », ajouta M. Friesen.

Plus tôt ce mois-ci, des représentants de la FCA ont fait une présentation devant le Comité permanent de la Chambre des communes de l’industrie, des sciences et de la technologie. Ils ont expliqué comment le secteur agricole avait été touché par les récentes attaques terroristes contre les États-Unis. Les discussions ont aussi porté sur la stabilité de l’industrie à court, à moyen et à long terme

Pour sa part, la directrice générale de la FCA, Mme Brigid Rivoire, déclare qu’avec les tragédies qui sont survenues, les effets immédiats ressentis par les agriculteurs découlent des retards aux frontières : « Les effets à moyen et à long terme sont plus difficiles à évaluer à l’heure actuelle. Plusieurs questions préoccupent actuellement les agriculteurs, dont le fait que la salubrité des aliments est davantage menacée, que les coûts liés à la commercialisation sont à la hausse et que les effets du ralentissement économique commencent à se faire sentir. »

« Ce qui nous inquiète le plus sont les mesures qui seront dévoilées lors du budget de décembre prochain. Lors de leur réunion, à Whitehorse, les ministres fédéral et provinciaux de l’Agriculture ont signé un plan d’action visant à sortir l’agriculture de son marasme administratif et à garantir un financement stable et à long terme des programmes axés sur la protection du revenu agricole, sur l’environnement et sur la salubrité des aliments. La FCA est en faveur de ce plan d’action. Nous ne pouvons nous permettre de mettre de côté les problèmes et les préoccupations de l’industrie canadienne. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires