La FCA voit d’un bon oeil l’aide de restructuration accordée à l’industrie du porc

Ottawa (Ontario), 15 août 2009 – La Fédération canadienne de l’agriculture est heureuse de l’annonce longtemps attendu et essentielle faisant connaître les détails d’un programme de restructuration pour les producteurs canadiens de porc. Toutefois, en raison des actuelles conditions sur le marché, la FCA fait une mise en garde en soulignant que la situation précaire dans laquelle se trouve l’industrie du porc est loin d’être réglée et que la FCA maintient son engagement de collaborer étroitement avec le Conseil canadien du porc (CCP) et avec Agriculture et Agroalimentaire Canada au cours des mois à venir à mesure que les initiatives seront mises en oeuvre.

« Les programmes annoncés aujourd’hui sont une bonne nouvelle pour les éleveurs de porcs », a déclaré le président de la Fédération canadienne de l’agriculture, Laurent Pellerin. « Le secteur du porc contribue de façon considérable à l’économie, et le Canada ne peut courir le risque de perdre cette industrie vitale. Nous sommes encouragés par le fait que le gouvernement reconnaît qu’en investissant dans le secteur et qu’en l’aidant maintenant, il lui assure un meilleur rendement à l’avenir. »

Les programmes annoncés le 15 août incluent ce qui suit :

  • Un Fond de commercialisation internationale du porc qui attribuera des fonds de 17 millions de dollars à Canada Porc International pour mener des études améliorées du marché, pour promouvoir les produits du porc canadiens, pour contrer les pertes au chapitre des exportations de porc et pour bâtir de solides bases afin d’assurer l’avenir de l’industrie.
  • Les exploitations viables de production de porc pourront obtenir des prêts à long terme grâce au crédit garanti par le gouvernement afin de restructurer leurs entreprises.
  • Le Programme de transition pour les producteurs de porcs fournira jusqu’à 75 millions de dollars pour aider les producteurs qui souhaitent mettre fin graduellement à leurs opérations et quitter l’industrie.

Depuis trois ans, les agriculteurs subissent sans cesse des pertes. Les prix élevés des intrants, un dollar canadien fort, de faibles prix pour les porcs, l’accès réduit au crédit à cause de la crise et l’adoption aux États-Unis de règles d’étiquetage indiquant obligatoirement le pays d’origine des produits ont, au fil des ans, sapé les producteurs canadiens de porc. Les perceptions sans cesse négatives répandues parmi les consommateurs au sujet de la grippe A (H1N10) aggravent la situation instable de l’industrie canadienne du porc, car elles ont réduit la demande parmi les consommateurs et ont désorganisé le marché. Selon de récentes statistiques, les exportations de porcs vivants en juin 2009 étaient inférieures de 34,1 pour cent à ce qu’elles étaient en juin 2008. En janvier et juin 2009, la valeur des animaux vivants exportés était inférieure de 402 millions de dollars à leur valeur durant la même période l’année dernière, d’après Statistique Canada.

« Tandis que ces programmes fourniront un précieux soutien en accordant une aide immédiate et essentielle à de nombreux éleveurs de porcs en difficulté, nous devons nous rappeler que malheureusement, l’industrie du porc n’est pas encore sorti du bois », a ajouté M. Pellerin. « Nous encourageons le gouvernement à communiquer aux producteurs le plus rapidement possible les détails administratifs de ces programmes et la marché à suivre pour présenter des demandes. »

La FCA félicite l’industrie du porc pour les mesures de rationalisation et de repositionnement qu’elle prend. La FCA encourage les consommateurs canadiens à continuer à aider les producteurs canadiens en achetant des produits canadiens et plus particulièrement du porc canadien.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Conseil canadien du porc (CCP)
http://www.canpork.ca/

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires