La Financière agricole dresse un bilan positif de ses activités pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine

Saint-Romuald (Québec), 13 septembre 2006 – La Financière agricole du Québec a dévoilé le bilan 2005-2006 de ses activités auprès des entreprises agricoles de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine. Au total, 4 millions de dollars ont été octroyés en prêts dans la région. Et au chapitre des assurances et de la protection des revenus, plus de 7 millions ont été versés aux productrices et producteurs.

Les prêts accordés représentent 1 % de l’ensemble des activités de prêts de La Financière agricole pour l’année financière. La majorité de ces prêts est allée aux principales productions de la région, soit les productions laitières, horticoles et bovines.

« On compte 272 exploitations agricoles dans la région. Si l’on considère qu’au Québec le milieu agricole représente des revenus de plus de 6 milliards et que les immobilisations sont de l’ordre de 650 millions par an, on peut affirmer que l’activité agricole québécoise est un élément important du développement régional », a déclaré M. Yvon Vallières, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable de la région du Centre-du-Québec et député de Richmond.

Les entreprises agricoles doivent composer avec les fluctuations des prix du marché et les aléas climatiques. Les programmes d’assurance et de protection du revenu, administrés par La Financière agricole, favorisent une gestion efficace des risques en agriculture. En 2005-2006, de 1,2 million ont ainsi été versés dans la région en indemnités par le Programme canadien de stabilisation des revenus agricoles. De plus, des compensations de l’ordre de 5,1 millions ont été allouées par le Programme d’assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA) et des indemnités de plus de 800 000 dollars par le Programme d’assurance récolte (ASREC).

« Ce bilan témoigne, de façon non équivoque, du rôle essentiel que La Financière agricole exerce à la fois comme assureur et partenaire financier. Par ses actions et ses interventions, notre organisation appuie les producteurs et productrices dans leurs projets d’expansion et de développement. Elle est aussi en mesure de les supporter lorsque les conditions économiques et climatiques sont moins favorables», a mentionné M. Jacques Brind’Amour, président-directeur général de La Financière agricole.

La relève, l’avenir de l’agriculture
Au cours de 2005-2006, La Financière agricole est intervenue directement pour appuyer financièrement 6 jeunes producteurs et productrices de la région dans leur projet d’établissement ou de démarrage. Les subventions au démarrage, à l’encadrement et à l’établissement totalisent ainsi 154 000 dollars. À cela s’ajoutent des tarifications avantageuses dans l’application des autres programmes, notamment au chapitre du financement et du Programme d’ASRA.

À propos de La Financière agricole
Avec un encours de prêts garantis qui atteint 4,2 milliards de dollars et des valeurs assurées qui s’élèvent à plus de 4,2 milliards, La Financière agricole joue un rôle de premier plan dans le développement du secteur agricole et agroalimentaire québécois. Pour assurer la stabilité économique et financière des entreprises, elle met à leur disposition des produits et des services de qualité en matière de protection du revenu et d’assurance agricole, de capital de risque, ainsi que de financement agricole et forestier. Pour ce faire, elle compte sur une équipe multidisciplinaire qui oeuvre dans un réseau de centres et de comptoirs de services répartis sur l’ ensemble du territoire québécois.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec
http://www.financiereagricole.qc.ca

Commentaires