La Financière agricole présente un état des cultures en Mauricie

Trois-Rivières (Québec), 25 juillet 2005 – La Financière agricole du Québec innove cette année en présentant un état des cultures pour la région de la Mauricie. Depuis plus de vingt ans, l’organisation produit un rapportprovincial sur les récentes conditions météorologiques et l’état des diversescultures. Avec ce bilan régional de mi-saison, elle souhaite informer lapopulation de la Mauricie sur l’état des principales cultures qui ont coursdans la région.

En Mauricie, le maintien du temps frais et des conditions humides en maia ralenti les travaux de plantation et de semis. Il a aussi retardé lacroissance de la végétation. En juin, la chaleur a été plus présente mais lespluies excessives du 10 au 17 juin (jusqu’à 170 mm par endroits dans le centrede la Mauricie) ont gorgé les sols d’eau et ont occasionné le débordement decertains cours d’eau. Avec l’arrivée de l’été, le retour du soleil et de lachaleur a procuré une croissance rapide des plantes et le rattrapage duretard; il a aussi donné de très bonnes conditions pour la réalisation de lapremière fauche de foin. Somme toute, malgré quelques difficultés en début desaison, qui entraîneront de la variabilité dans les rendements, les récoltesde l’année 2005 augurent bien dans l’ensemble. En effet, on prévoit desrendements de moyens à légèrement inférieurs aux moyennes et de qualiténormale pour la plupart des cultures.

La fenaison de la première coupe de foin a débuté le 20 juin avec unléger retard dû à l’excès de pluie. De façon générale, les producteurs etproductrices ont bénéficié d’excellentes conditions d’engrangement; ledéroulement de la récolte a été rapide. Outre quelques dommages occasionnéspar la crue des eaux dans certains secteurs et le temps sec qui a affecté laproduction de foin dans le nord de la région (La Tuque), les rendementss’avèrent très bons en général. La qualité est variable selon les orageslocalisés qui ont pu affecter le foin après la fauche mais dans l’ensemble,elle correspond à la normale.

L’hiver dernier a été favorable à la survie des fraisières de la région.Ce printemps, des dommages sporadiques ont été occasionnés par la geléesurvenue dans la nuit du 12 au 13 mai (-3 à -4 degrés C). Le temps humide aumoment de la floraison a occasionné des premiers fruits difformes puis lemanque d’eau pendant la formation des fruits a produit des fraises de petitcalibre. La récolte de fraises en plein champ a débuté le 24 juin. Parailleurs, la chaleur a eu pour effet d’écourter la durée de la cueillette, et,conséquemment, d’entraîner des pertes importantes. La récolte est maintenantterminée et les rendements ainsi que la qualité sont inférieurs à la moyenne.

Les plantations de pommes de terre ont été réalisées entre le 5 et le 30 mai. Le temps frais et humide a occasionné la pourriture des plants,affectant leur levée. Les fortes pluies par endroits ont causé du lessivaged’engrais et nécessité des applications supplémentaires. La population deschamps est donc variable. Depuis le début de l’été, un meilleur dosage dechaleur et de pluie a procuré une croissance accélérée des plants, mais lasécheresse des dernières semaines a eu pour effet de ralentir celle-ci. Si lesconditions sont bonnes jusqu’à la récolte, les rendements seront près de lamoyenne et la qualité sera normale.

«Nous sommes heureux que Dame Nature soit favorable à nos clients etclientes. Et pour ceux et celles à qui elle aurait manifesté moinsd’indulgence, nous sommes là. Je profite de l’occasion pour rappeler à notreclientèle l’importance de nous contacter rapidement lorsqu’elle constate desdommages à ses productions», a mentionné la directrice régionale deLa Financière agricole de la Mauricie, Annie Lafrance.

Avec un portefeuille de prêts garantis de 219 millions de dollars, desvaleurs assurées en assurance récolte de 38 millions de dollars et descompensations annuelles en assurance stabilisation de l’ordre de 17 millionsde dollars pour l’année financière 2004-2005, le Centre de services de Trois-Rivières contribue à la vitalité des entreprises agricoles de la région.

Les personnes intéressées à obtenir plus d’information sur l’état descultures dans la province peuvent consulter dès aujourd’hui le site Internetde La Financière agricole à ce sujet. Le rapport bimensuel L’état des culturesau Québec est accessible en ligne gratuitement, 24 heures sur 24, sur le site de La Financière. Cliquez sur «Publications», puis sur «Rapports del’état des cultures».

Avec un encours de prêts garantis qui atteint 4,3 milliards de dollars etdes valeurs assurées qui s’élèvent à près de 4 milliards, La Financièreagricole joue un rôle de premier plan dans le développement du secteuragricole et agroalimentaire québécois. Pour assurer la stabilité économique etfinancière des entreprises, elle met à leur disposition des produits et desservices de qualité en matière de protection du revenu et d’assuranceagricole, de capital de risque, ainsi que de financement agricole etforestier. Pour ce faire, elle compte sur une équipe multidisciplinaire quioeuvre dans un réseau de centres et de comptoirs de services répartis surl’ensemble du territoire québécois.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec
http://www.financiereagricole.qc.ca

Commentaires