La Grande-Bretagne déclarée exempte de fièvre aphteuse par l’OIE

Londres (Onatrio), 22 janvier 2002 – L’Office international des épizooties (OIE) a déclaré la Grande-Bretagne exempte de fièvre aphteuse ouvrant ainsi la voie à la reprise totale de ses exportations de viande bovine.

Un panel d’experts au cours d’une réunion de l’OIE a décidé d’accorder à la Grande-Bretagne un « statut d’exemption de fièvre aphteuse sans vaccination » pour le commerce international.

Créé en 1924, l’OIE dont le siège est à Paris, est chargé de fixer le statut sanitaire des animaux des 158 pays membres pour les échanges commerciaux.

Cette décision signifie que la viande et les produits laitiers britanniques pourraient retrouver leur place sur les tables de nombreux pays étrangers. Toutefois quelques unes des restrictions imposées par l’Union européenne sur les importations de viande britannique demeurent.

L’annonce de cette décision survient une semaine après que le gouvernement britannique a déclaré le pays exempt de fièvre aphteuse et un an après le début de l’épizootie qui a conduit à l’abattage de plus de quatre millions de bêtes.

Le ministre de l’Agriculture, Lord Whitty, a estimé que cette décision était encourageante mais a appelé les éleveurs à ne pas baisser la garde. « Il y a encore beaucoup de travail à faire notamment en réalisant davantage d’examens, en remontant prudemment le cheptel, et en appliquant une nouvelle procédure pour le déplacement du bétail », a-t-il dit.

Les exportations britanniques de viande de boeuf, de mouton et de porc ainsi que celles des cochons vivants ont repris à l’intérieur de l’Union européenne mais toutes ces exportations nécessitent encore l’octroi d’un certificat vétérinaire spécifique.

Mercredi dernier, la commission vétérinaire de l’UE avait accepté de lever les restrictions concernant le dernier comté encore affecté par la fièvre aphteuse -le Northumberland dans le nord de l’Angleterre. Toutefois l’embargo européen sur les moutons et brebis vivants est maintenu ainsi que l’embargo sur le bétail britannique en raison de la maladie de vache folle.

L’épizootie de fièvre aphteuse, il y a près d’un an, a affecté plus de 2000 fermes britanniques et conduit l’UE à imposer un embargo mondial sur les exportations de bétails vivants ainsi que sur la plupart des produits à base de viande. Cette épizootie a coûté aux contribuables britanniques près de 2,4 milliards d’euros (15,8 milliards de FF) en compensations, désinfection, frais vétérinaires et abattages.

Source : AP

Commentaires