La mine pâle du soya

En ce début de saison, plusieurs champs de soya sont d’un vert plutôt pâle. Cette teinte découle probablement d’une difficulté du plant à trouver son azote, mais à ce stade de croissance, c’est normal.

Agronome chez Prograin, Miguel Provost, propose trois explications.

La couleur pâle peut être variétale. La différence est frappante dans les parcelles d’essais, mais pas à l’échelle d’un champ. Des variétés seront d’un vert plus pâle dès les premiers stades de croissance et elles ne deviendront jamais aussi foncées que les variétés les plus répandues.

Le soya peut aussi avoir été affecté par un herbicide. Il pâlit ou brûle, ce qui lui cause un stress dont il se remet assez facilement.

La plupart du temps, par contre, la pâleur en début de saison s’explique par la façon que la plante obtient son azote. De l’émergence jusqu’au deuxième ou troisième trifolié, le soya utilise l’azote minéralisable du sol. S’il y a peu de matière organique dans le sol, ou si aucun apport d’azote n’a été fait au semis, le plant peut pâlir par insuffisance d’azote.

« Ce n’est souvent qu’à partir du troisième trifolié que la nodulation s’installe et que débute la symbiose entre la plante et les bactéries qui fixent l’azote de l’air », explique Miguel Provost. À partir de ce moment, le plant devrait retrouver sa verdeur normale.

Cette année, il se peut que le temps frais et les grands coups d’eau aient retardé le développement racinaire et l’entrée en jeu des bactéries, soupçonne Miguel Provost.

Une application d’azote à ce stade aura un effet verdissant, mais l’expérience démontre que cela n’a pas véritablement d’impact sur les rendements. L’intervention serait purement cosmétique, sans que cela ne rapporte financièrement.

Le soya a souvent l’air d’avoir du mal à démarrer, reconnaît Miguel Provost. Ce n’est habituellement qu’au troisième ou quatrième trifolié qu’un rythme de croissance accéléré s’installe et que la photosynthèse démarre. « Je ne m’inquiéterais pas avant le troisième trifolié, dit-il. Par la suite, si le plant reste jaune, il faut trouver la cause. »

Au stade actuel, la pâleur du plant ne peut pas véritablement traduire une carence en manganèse ou en magnésium. Par contre, elle peut signifier un trop faible taux de matière organique et d’azote minéralisable. Chez Prograin, on recommande d’appliquer 25 ou 30 unités d’azote aux semis, pour favoriser une croissance rapide en début de saison.

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires