La pomme de terre en crise aux États-Unis

Washington (États-Unis), 1er avril 2001 – Une production record de pommes de terre en l’an 2000 a entraîné aux Etats-Unis un effondrement des prix qui plonge les producteurs américains dans une situation critique.

« Actuellement un producteur de l’Idaho reçoit 1,25 dollar pour un sac de 45 kilos de pommes de terre », explique Bruce Huffacher, économiste et éditeur d’une lettre spécialisée sur le marché des pommes de terre en Amérique du nord.

Or, dans l’Etat de l’Idaho (nord-ouest), qui produit plus d’un quart des pommes de terre aux Etats-Unis, le coût de production de ces 45 kg de pommes de terre est de 4 à 5 dollars.

« Ailleurs, les producteurs arrivent à gagner jusqu’à 2,5 dollars par sac, mais leurs coûts de production sont alors plus élevés », relève Bruce Huffacher. Dans ces conditions, ils sont parfois obligés à laisser leur récolte dans les champs et l’utiliser comme engrais.

A encore 8 dollars le sac il y a un peu plus d’un an, le prix de la pomme de terre est depuis en chute libre et rien ne devrait s’arranger dans les prochains mois. Le département de l’Agriculture ne prévoit pas un redressement notable des cours avant la prochaine récolte à l’automne.

« Beaucoup d’exploitants agricoles sont au bord de la faillite », affirme une responsable du Conseil national pour la promotion des pommes de terre, qui représente les producteurs. Dans l’Idaho, un tiers des exploitants risquent la faillite dans les douze mois, dit-elle sous couvert d’anonymat.

En fait, c’est la production record de 23 millions de tonnes de ces tubercules en 2000 qui a provoqué l’effondrement des prix. Cette récolte s’explique, selon le département de l’Agriculture, par des rendements records favorisés par des conditions météorologiques très favorables.

L’industrialisation de l’agriculture a également contribué à l’augmentation progressive des rendements. Parallèlement les coûts de production ont augmenté en 2000 en raison d’une flambée des prix de l’énergie et du carburant pour à la fois les machines agricoles et les unités de stockage.

« Pour revenir à l’équilibre, soit un prix de 4 à 4,50 dollars le sac, les exploitants devraient réduire la production d’au moins 15%. Or cela demanderait une diminution des rendements et des surfaces plus réduites », affirme Bruce Huffacher.

« La production ne va pas diminuer et nous sommes à la recherche de nouveaux marchés », observe la responsable du Conseil pour la promotion des pommes de terre.

La situation est particulièrement grave pour les producteurs de pommes de terres nouvelles. Ceux qui produisent pour l’industrie de la transformation (frites congelées ou flocons pour la purée) bénéficient généralement de contrats leur assurant un niveau de prix plus intéressant, note Bruce Huffacher. L’industrie des chips se porte également mieux.

Toutefois, le marché des frites congelées, qui représente 30% de la consommation américaine de pommes de terre, souffre à l’exportation à la fois de la fermeté du dollar et de la crise économique au Japon, indique l’économiste.

Les perspectives sont également sombres pour les patates douces, dont la production est également à la hausse et les prix devraient reculer cette année de 8 à 15%, selon les prévisions du département de l’Agriculture,

Source : AFP

Commentaires