La vision du gouvernement pour l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois

Québec (Québec), 6 mars 2008 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Laurent Lessard, a qualifié l’objectif poursuivi par son gouvernement dans la réalisation du vaste projet de société auquel nous a conviés la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois. Le savoir-faire et la passion des hommes et des femmes qui sont à l’oeuvre dans ce secteur, jour après jour, génération après génération, seront des atouts indéniables pour concrétiser la vision d’avenir adoptée par le gouvernement.

Vision d’avenir
La nouvelle dynamique que veut insuffler le ministre repose sur une vision d’avenir du secteur agricole et agroalimentaire dont la mission première est de contribuer à nourrir la population québécoise tout en tirant profit de son plein potentiel sur les marchés d’ici et d’ailleurs. Un secteur qui tend à être davantage multifonctionnel, c’est-à-dire qu’à son rôle nourricier s’ajoutent des fonctions économique, sociale et d’occupation dynamique du territoire. Un secteur pluriel, hautement professionnel, reposant sur une culture entrepreneuriale, offrant des aliments sains et respectant les principes du développement durable.

« Le gouvernement a la volonté, en s’appuyant sur le leadership du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), d’assurer un environnement d’affaires propice à l’essor de ce secteur que nous voulons innovateur, compétitif et durable », a indiqué le ministre Lessard.

Priorités de travailSur la base de cette vision d’avenir, le ministre indique ses principales priorités de travail pour la prochaine année.

Rapprocher le secteur des consommateurs
Le ministre lancera au printemps une campagne de promotion visant le grand public pour mettre au premier plan la stratégie « Le Québec dans votre assiette! ». Un appui sera offert aux secteurs en émergence, dont les productions en serre, biologique et d’horticulture ornementale. Un groupe de travail sera mis sur pied pour trouver des pistes de développement de circuits de commercialisation alternatifs à la grande distribution afin de favoriser l’achat local.

Renforcer la capacité concurrentielle des entreprises
« Notre gouvernement entend harmoniser ses interventions afin de mieux soutenir les exploitations agricoles et les entreprises de transformation. Il entend également renforcer le rôle de l’Institut de technologie agroalimentaire dans son offre de formation. De concert avec les partenaires du milieu, un plan d’action sur la recherche et l’innovation sera élaboré. De nouvelles mesures d’appui à la relève agricole seront également mises en oeuvre », a souligné le ministre.

Moderniser les grands piliers de l’agriculture
Des « chantiers de travail » seront lancés pour moderniser les grands instruments de la future politique agricole et agroalimentaire. En ce qui a trait à la commercialisation des produits agricoles, les offices de mise en marché seront sollicités afin de déterminer, en collaboration avec les acheteurs-transformateurs, des moyens de développer des circuits alternatifs et d’accroître l’offre de produits différenciés pour mieux répondre aux besoins des marchés et des consommateurs. En matière de protection du territoire agricole, le MAPAQ travaillera en collaboration avec les acteurs intéressés afin de proposer des solutions pour préserver adéquatement la zone agricole, tout en ciblant les usages complémentaires à l’agriculture qui pourraient s’y établir. Afin de développer le plein potentiel de cette zone et assurer l’occupation dynamique du territoire, le MAPAQ encouragera l’élaboration de plans de développement de l’agriculture par MRC. Enfin, le processus de renouvellement de la convention de La Financière agricole du Québec (FADQ), prévu d’ici le printemps 2009, permettra de convenir d’une réforme du programme d’assurance stabilisation des revenus agricoles en prenant pour point de départ les propositions du rapport Pronovost, et ce, dans le respect de la capacité d’adaptation des entreprises. La gouvernance de la FADQ sera aussi revue, en conformité avec la Loi sur la gouvernance des sociétés d’État, en prenant soin de tirer profit du partenariat sur lequel s’est fondée la création de cette société.

Le ministre entend en outre solliciter la contribution du gouvernement fédéral aux priorités du Québec, notamment en ce qui concerne la défense de la gestion de l’offre à l’Organisation mondiale du commerce, le contrôle de l’innocuité des produits importés de même qu’une meilleure identification de leur provenance.

Appel à la mobilisation
« Notre secteur est sérieusement interpellé. Le constat de la Commission est sans équivoque : le statu quo n’est plus viable. Chacun de nous a maintenant le devoir de contribuer activement à la réussite de ce projet de société pour que la fierté d’en vivre et le plaisir de s’en nourrir puissent se projeter loin dans le futur », a conclu le ministre Lessard.

On peut consulter le document Une vision gouvernementale d’avenir pour l’agriculture et l’agroalimentaire québécois (http://www.mapaq.gouv.qc.ca/Fr/Ministere/md/Publications/Vision_gouvernementale_avenir.htm)

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ)
http://www.caaaq.gouv.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires