Lactococcus lactis élue emblème bactérien canadien

Les Canadiens ont choisi Lactococcus lactis pour représenter leurs valeurs.

Responsable de la coagulation du lait lors de la production du fromage, Lactococcus lactis a été élue, le 30 novembre 2000, emblème bactérien canadien à l’occasion du Grand Gala Notre bactérie, animé par Charles Trahan et Jacques Bertrand.

Une bactérie vraiment canadienne
Cette bactérie est à l’image du Canadien moyen, puisqu’il est démontré que celui-ci aime bien manger. De plus, elle contribue même à la survie du peuple canadien, en lui permettant d’accumuler des graisses hivernales salvatrices!

Ne possédant aucune souche pathogène connue, Lactococcus lactis est une bactérie multiculturelle. Le cheddar anglais et le camembert français en sont issus, ce qui n’empêche pas « Lacto » d’initier la production de fromages italiens, hollandais ou suisses.

On la trouve aussi dans de nouveaux produits comme les fromages frais auxquels elle donne leur goût caractéristique, dans le kéfir et même dans certains produits végétaux asiatiques ainsi que dans les viandes fermentées.

Pour notre protection « Lacto » est également une spécialiste de la conservation des aliments. On peut compter sur elle pour ralentir la progression des bactéries responsables de la dégradation des viandes froides et autres charcuteries. Ce rôle de protection de l’aliment contre des « individus microbiens » indésirables, lui confère un peu le mandat de la GRC.

À l’image des Canadiens

« Lacto » est quelque peu boulotte. Elle se tient en paire ou en courtes chaînes comme le font les nouvelles familles canadiennes.
Elle est facultativement anaérobique, elle est donc robuste et peut vivre dans des milieux difficiles et variés.

Sa température optimale de fonctionnement est de 30 °C, même si elle croît à 10 °C. Elle ne réussit rien à 45°C. Et ça, c’est très canadien !

Lactococcus lactis a été présentée par Sonia Paradis du CHUL, à Québec.

Un vote serré
Les Canadiens ont parlé : 33 % des électeurs ont choisi cette bactérie, contre 31 % pour Désulfitobactérium frappieri, 22 % pour Bacillus thuringiensis. Escherichia Coli a remporté 14% des suffrages.

Le vote ayant été comptabilisé électroniquement. Il n’y aura pas de recomptage

Macadam tribus tient sincèrement à remercier tous ceux qui ont collaboré au succès de cette opération.

Prochaine étape : officialisation de notre emblème par un projet de loi.

Pour plus d’information : http://radio-canada.ca/refuge/notrebacterie/index.asp

Commentaires