Lancement de travaux dans dix sous-bassins versants du milieu agricole

Québec (Québec), 5 décembre 2007 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Laurent Lessard, la ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Mme Line Beauchamp, et le président général de l’Union des producteurs agricoles (UPA), M. Laurent Pellerin, ont annoncé officiellement, à l’occasion du Congrès annuel de l’UPA, la mise en oeuvre de dix nouveaux projets collectifs relatifs à la gestion intégrée de cours d’eau situés en milieu agricole. Les projets qui ont été retenus s’insèrent dans la mise en application du Plan d’action concerté 2007-2010 sur l’agroenvironnement et la cohabitation harmonieuse.

Fruit d’un partenariat engageant les 3 organisations, les 10 projets de gestion intégrée de l’eau misent avant tout sur une approche de concertation où plus de 500 agriculteurs et agricultrices sont au coeur de l’action, de pair avec les personnes-ressources du milieu. Tous travailleront à mettre en avant des solutions concrètes, adaptées au secteur agricole et pouvant être appliquées à court terme. Les actions sur le terrain viseront autant les pratiques agricoles et de conservation des sols que les mesures de protection des berges.

« L’amélioration de la qualité de l’eau dans le milieu agricole est une préoccupation constante du gouvernement du Québec. Différentes mesures ont déjà été annoncées, à l’occasion du Rendez-vous stratégique sur les algues bleu-vert. Ces nouvelles mesures nous permettront d’agir encore plus efficacement à l’égard des dix bassins versants visés par les projets annoncés aujourd’hui. Ceux-ci s’inscrivent dans le plan d’ensemble du gouvernement et permettront d’agir de concert avec les acteurs du milieu, notamment les producteurs agricoles, pour préserver la qualité de l’eau dans des sous-bassins où il y a une importante activité agricole », a mentionné le ministre Laurent Lessard.

« La mise en oeuvre de ces projets favorisera la mobilisation des différents acteurs autour de bonnes pratiques de gestion d’un sous-bassin versant. Elle permettra également aux exploitants agricoles de mettre en place des solutions adaptées aux conditions hydrologiques des parcelles cultivées, et ce, en concertation avec les forces du milieu, plutôt que d’adopter des solutions identiques dans l’ensemble des sous-bassins. Il s’agit d’un pas de plus dans l’amélioration de la qualité de l’eau dans le milieu agricole », a déclaré la ministre Line Beauchamp.

« Avec le million de dollars annoncé aujourd’hui, le Gouvernement du Canada est fier d’ajouter aux mesures déjà consenties à l’atteinte des objectifs agroenvironnementaux des agriculteurs du Québec, a rappelé l’honorable Gerry Ritz, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé. Le partenariat fédéral au Plan québécois d’action concerté sur l’agroenvironnement et la cohabitation harmonieuse témoigne de notre ferme volonté de privilégier des actions qui rejoignent autant les priorités du Gouvernement du Canada que celles des provinces en matière d’agroenvironnement », de conclure le ministre Ritz.

« L’Union des producteurs agricoles est particulièrement fière de s’associer à cette nouvelle série de projets, où les agriculteurs et les agricultrices sont en mode “action” pour revitaliser leurs cours d’eau. Nous croyons fermement à cette approche orientée vers la réalisation d’actions sur le terrain qui mobilisent l’ensemble des acteurs agricoles, environnementaux et municipaux autour d’enjeux bien concrets. Ces nouveaux projets sont d’ailleurs en parfaite continuité avec les dix autres projets que nous avons déjà mis en place en 2005 par le truchement du Programme de mise en valeur de la biodiversité des cours d’eau en milieu agricole, avec la Fondation de la faune du Québec, en collaboration avec de nombreux autres partenaires gouvernementaux et privés. Ces projets, actuellement en cours de réalisation, donnent déjà des signes fort encourageants et ils nous indiquent qu’il s’agit de la voie à suivre, tant pour la qualité de l’eau que pour l’environnement et les habitats fauniques », a précisé le président général de l’UPA, M. Laurent Pellerin.

D’une durée de trois ans, les projets nécessiteront des investissements de plus de 8 millions de dollars de la part de l’ensemble des partenaires. Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) et Agriculture et Agroalimentaire Canada assureront le financement de la coordination des projets et de l’adoption de bonnes pratiques à la ferme. Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) assumera les frais d’échantillonnage et d’analyse de l’eau en laboratoire. La Financière agricole du Québec accordera aux entreprises agricoles participantes une aide financière, par l’entremise du Programme de mesures incitatives en agroenvironnement et aménagement d’habitats fauniques en milieu agricole. Enfin, des investissements des producteurs agricoles ; complèteront le financement de la réalisation des projets à la ferme. Par ailleurs, la coordination de la mise en oeuvre des projets sera assumée par la Fondation de la faune du Québec.

Les dix nouveaux projets
Les projets retenus sont répartis dans 10 régions du Québec et ils couvrent une superficie totale d’environ 605 kilomètres carrés. Plus de 500 producteurs agricoles sont directement engagés dans cette vaste opération environnementale. Chaque projet est dirigé par une fédération régionale, un syndicat de base de l’UPA, un organisme de bassin versant ou encore un club-conseil en agroenvironnement, en collaboration avec les personnes à l’oeuvre sur le terrain. Les sous-bassins visés sont ceux des cours d’eau suivants : le ruisseau Rouge (Saguenay), les ruisseaux Levasseur et Savane (Bas-Saint-Laurent-Gaspésie), la rivière La Chevrotière (Capitale-Nationale), la rivière Le Bras (Chaudière-Appalaches), la rivière Chacoura (Mauricie), le ruisseau Bibeau (Lanaudière), le ruisseau Rousse (Laurentides), la rivière Esturgeon (Montérégie-Ouest), la rivière à la Barbue (Montérégie-Est) et les rivières Racey, Cordon, Brook et Veillette (Estrie).

Rappelons que la réalisation de ces projets de gestion de l’eau dans dix sous-bassins découle du Plan d’action concerté sur l’agroenvironnement et la cohabitation harmonieuse 2007-2010, rendu public en décembre 2006. Les trois partenaires initiaux de ce plan, soit le MAPAQ, le MDDEP et l’UPA, se sont donné une vision commune et ont convenu de coordonner leurs efforts en matière d’environnement et de cohabitation harmonieuse dans le milieu agricole. Le Plan d’action concerté contient plusieurs volets, dont celui sur la qualité de l’eau. Au regard de l’enjeu de la qualité de l’eau en milieu agricole, le Plan d’action concerté vise :

  • à réduire les sources de contamination des eaux de surface et souterraines;
  • à mettre au point, dans la gestion intégrée de l’eau par bassin versant, un mode d’intervention adapté au contexte agricole.

Le Plan d’action propose la réalisation d’« actions de terrain » à l’échelle de petits bassins versants où les agricultrices et les agriculteurs sont au coeur de l’action avec les acteurs du milieu. L’annonce faite aujourd’hui rend compte concrètement du type d’actions qui pourra être réalisé dans le contexte du Plan d’action concerté. D’autres actions seront entreprises dans les prochains mois qui porteront sur la réduction et la rationalisation de l’usage des pesticides, la biodiversité, les changements climatiques et l’efficacité énergétique, la cohabitation harmonieuse et la valorisation de l’effort agroenvironnemental des agricultrices et agriculteurs.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Ministère Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec
http://www.menv.gouv.qc.ca

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires