Le Canada élargit l’interdiction d’importation de produits animaux d’Europe

Ottawa (Ontario), 14 mars 2001 – Le gouvernement fédéral a élargi l’interdiction d’importation de viande et de produits animaux en provenance des pays de l’Union européenne, pour tenter de se protéger contre la fièvre aphteuse qui menace l’industrie européenne d’élevage d’animaux. Des mesures similaires ont été annoncées aux Etats-Unis.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments a annoncé mardi qu’elle n’autorisera plus l’importation de porcs, de produits du porc non cuits, de certains fromages et produits laitiers non pasteurisés, de la semence et des embryons de certains animaux.

Le Canada interdit déjà l’importation de boeuf et d’agneau d’Europe, par crainte d’une autre maladie, dite de la vache folle.

La dernière mesure vise tout produit carné et tout ce que les scientifiques considèrent comme du matériel à risque de transporter la fièvre aphteuse, a fait savoir le ministre canadien de l’Agriculture, Lyle Vanclief. Il s’agit des mêmes dispositions que celles que nous avions pour le Royaume-Uni, a précisé le ministre.

Le gouvernement fédéral interdira aussi l’importation de matériel agricole usagé, susceptible de transporter le virus.

On ignore pour le moment la valeur commerciale du marché affecté par cette interdiction.

La Grande-Bretagne est aux prises avec une épidémie de fièvre aphteuse qui frappe les bestiaux, moutons, porcs et autres ongulés. Le virus, hautement contagieux, n’est habituellement pas fatal, mais il peut entraîner une importante baisse de poids, les animaux malades étant incapables de se nourrir.

Le virus ne se transmet pas aux humains.

Le ministre a indiqué en outre que les voyageurs en provenance des pays de l’Union européenne devront désormais désinfecter leurs chaussures en arrivant aux aéroports canadiens. Des unités canines patrouilleront également les carrousels à bagages, à la recherche de viande non déclarée susceptible de contenir le fameux virus.

Tout équipement militaire introduit au Canada en provenance d’Europe sera également désinfecté en profondeur.

L’élargissement de l’interdiction fait suite à la confirmation d’un premier cas de fièvre aphteuse en France.

La Grande-Bretagne a détruit plus de 100 000 bêtes dans un effort, apparemment futile, pour enrayer la propagation de la fièvre aphteuse. Les pays européens ont également abattu des milliers d’animaux importés du Royaume-Uni.

Huit vétérinaires canadiens travaillent actuellement sur des fermes britanniques, pour aider à diagnostiquer les animaux malades. En Europe, la perspective d’une épidémie de fièvre aphteuse s’avère particulièrement inquiétante, alors que les fermiers doivent déjà se battre contre la maladie de la vache folle.

Le ministre Vanclief s’est dit convaincu que les mesures de précaution adoptées par le gouvernement protégeront efficacement le Canada. Ces mesures resteront en place aussi longtemps que nécessaire, a-t-il ajouté. Elles seront révisées dans 15 jours.

La dernière épidémie connue de fièvre aphteuse au Canada, en Saskatchewan en 1952, avait été attribuée à une saucisse importée d’Europe. La saucisse avait été partiellement cuite, mais cela n’avait pas suffi à tuer le virus.

Source : Presse Canadienne

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)

http://www.cfia-acia.agr.ca/

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires