Le fédéral songe à compenser les coûts de séchage des grains

Des voix s’élèvent à Ottawa pour soutenir les producteurs après une des pires récoltes des dernières décennies

Le gouvernement libéral envisagerait de donner un coup de pouce aux agriculteurs qui ont besoin de carburant supplémentaire pour sécher leur grain après une saison exceptionnellement pluvieuse et difficile dans plusieurs coins du pays. C’est qu’a laissé entendre Sabrina Kim, l’attachée de presse du ministre fédéral de l’Environnement, Jonathan Wilkinson, au National Post. «Nous nous sommes engagés à effectuer un examen précoce de notre système de tarification de la taxe sur le carbone cette année, axé sur les problèmes de compétitivité dans les industries exposées au commerce, telles que l’agriculture».

Le fédéral serait à la recherche d’une solution pour les producteurs de céréales dans les programmes d’aide existants en agriculture, ou encore dans les programmes pour les petites et moyennes entreprises.

«Nous reconnaissons que cette saison de récolte a été difficile pour les agriculteurs. Nous travaillons d’arrache-pied à travers le gouvernement pour trouver des solutions pratiques – par exemple, si les programmes existants concernant les événements météorologiques majeurs peuvent être disponibles pour aider dans le séchage des grains.»

La critique en agriculture du parti Vert, la productrice Kate Storey du Manitoba, milite pour une pause dans la taxe sur le carbone pour certains agriculteurs, un geste qu’elle associe à une forme d’aide à la suite d’un désastre naturel.

La ministre de l’Agriculture Marie-Claude Bibeau a discuté de la question avec ses homologues provinciaux le mois dernier, a confirmé Mme Kim. «Nous continuerons de travailler avec nos collègues et partenaires pour nous assurer d’aider davantage les agriculteurs», a-t-elle déclaré.

Ottawa procède cette année à un «examen précoce» de son système de tarification de la pollution, et l’agriculture devrait être l’une des industries examinées.

Reste à voir toutefois si les producteurs au Québec pourraient être compensés en vertu du programme de taxation du carbone puisque la province applique son propre programme, contrairement aux provinces de l’Ouest qui sont régies selon des règles fédérales, faute de programmes dans ces régions.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Céline Normandin

Commentaires