Le ministre Fortier affirme son soutien à l’endroit de la libéralisation du commerce

Genève (Suisse), 23 juillet 2008 – Des représentants canadiens des secteurs du boeuf, du porc, du sucre, des céréales et des oléagineux se sont réunis en personne ce matin avec Michael Fortier, Ministre du Commerce international, et Gerry Ritz, Ministre de l’Agriculture et l’Agroalimentaire à Genève, où l’on tente, grâce aux relations ministérielles, de faire avancer une entente commerciale de l’Organisation mondiale du commerce. Les représentants del’industrie ont fait valoir leur cause afin d’inciter le Canada à faire toutson possible pour produire un résultat ambitieux de ces négociationscommerciales afin d’augmenter ainsi les quotas au maximum et maximiser lesréductions tarifaires.

La délégation de l’Alliance canadienne du commerce agro-alimentaire(ACCAA), qui représente les intérêts de plus de 90% des agriculteurs ettransformateurs canadiens qui comptent sur les exportations et qui mettentleurs produits sur le marché en fonction des prix fixés sur le marchéinternational, s’est dite impressionnée par l’attitude des ministres quicroient clairement que la libéralisation du commerce constitue la solution àla prospérité actuelle et à venir du Canada en tant que pays commerçant.

Comme l’aurait déclaré hier le Ministre Fortier en tant que porte-parole: « Le Canada est vraiment déterminé à participer au processus multilatéral etcontinue de tout faire pour obtenir un dénouement ambitieux de la ronde deDoha. Les producteurs agricoles, les fabricants et les entreprises de servicesau Canada profiteront d’un accès accru aux marchés mondiaux qu’un dénouementambitieux de la ronde de Doha viendra confirmer. »

Les membres de l’ACCAA, soit ces secteurs agricoles dont les exportationscontribuent actuellement à l’excédent commercial de 7 milliards de dollars duCanada, appuient de tout coeur cette aide ministérielle qui vise à faire ensorte que ces négociations importantes produisent un résultat ambitieux qui setraduira par des gains substantiels pour le Canada. Ces secteurs del’industrie sont également impressionnés par le soutien de plusieursgouvernements provinciaux qui ont déclaré aujourd’hui que le Canada doit jouerun rôle de chef de file conforme à son statut de pays commerçant et participeraux négociations sur l’agriculture afin de procurer ainsi un avantage majeur ànotre industrie.

Un tel appui repose cependant sur les gestes que poseront les Ministresafin de produire le résultat le plus ambitieux possible, alors qu’on observerales négociations avec une vigilance à toute épreuve. L’ACCAA continuera desurveiller les négociations et n’hésitera aucunement à se faire entendre sielle devait constater toute baisse additionnelle au niveau de l’ambition.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Alliance canadienne du commerce agroalimentaire (ACCAA)
http://www.cafta.org/

Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
http://www.dfait-maeci.gc.ca/

Commentaires