Le ministre Ritz conclut une mission fructueuse en Europe

Bruxelles (Belgique), 23 novembre 2007 – L’honorable Gerry Ritz, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, a fait la déclaration suivante à la suite de discussions avec ses homologues internationaux dans le cadre de la conférence biennale de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

« Pendant mon séjour à Rome, j’ai eu l’occasion de discuter face à face avec certains de nos plus importants partenaires commerciaux. Nous avons renforcé les ententes commerciales en vigueur et accompli des progrès dans un certain nombre de dossiers.

« J’ai défendu les intérêts des agriculteurs canadiens et de l’ensemble de notre secteur agricole au cours de discussions bilatérales, notamment à l’occasion d’une réunion avec Charles Conner, secrétaire à l’Agriculture par intérim des États-Unis, où nous avons réaffirmé notre volonté commune de maintenir le flux harmonieux du commerce du boeuf et reconnu l’importance de lever les mesures de contrôle sanitaire temporaires que les États-Unis ont imposées sur les produits canadiens.

« J’ai également fait part à M. Kantilal Bhuria, ministre d’État à l’Agriculture de l’Inde, de notre désir que son pays réduise ses tarifs à l’importation d’huile de canola et de nos préoccupations concernant l’exigence de fumigation de l’Inde et ses évaluations des risques phytosanitaires liés à nos légumineuses.

« J’ai eu l’occasion de faire valoir la position du Canada en agriculture au cours de réunions avec des ministres et des représentants du Japon, de la Russie, du Pérou et de la Finlande.

« J’ai été honoré de constater à quel point les dirigeants internationaux sont empressés de faire affaire avec le Canada et j’en ai profité pour leur dire que nous continuerons d’offrir des produits de la plus haute qualité sur les marchés mondiaux. Les autres pays respectent au plus haut point la salubrité et la qualité des produits de l’agriculture canadienne et ils ont le Canada en haute estime comme partenaire commercial.

« Cette mission en Europe est un autre exemple de l’engagement qu’a pris notre gouvernement envers les agriculteurs et les familles agricoles. Juste avant mon départ du Canada, mes collègues provinciaux et territoriaux et moi-même avons convenu d’aller conquérir de nouveaux marchés mondiaux pour notre industrie de l’élevage en difficulté. Cet objectif est devenu un volet prioritaire de ma mission à l’étranger. Je suis très heureux de signaler que chaque pays avec lequel je me suis entretenu voulait s’enquérir de la possibilité de s’approvisionner en produits canadiens de l’élevage, qu’il s’agisse de matériel génétique, de viande de qualité ou encore d’animaux vivants. Nous allons donc déployer beaucoup d’efforts pour tirer le maximum de ces débouchés dans l’intérêt des producteurs canadiens. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires